La musique du « Roi des cieux » à l’honneur à Prague

La 18e édition du Festival d’été de musique ancienne (Letní slavnosti staré hudby), qui s’ouvre ce mardi à Prague, est consacrée à Versailles et à la musique française qui a rayonné aux XVIIe et XVIIIe siècles dans toute l’Europe. Le festival poursuit ainsi sa collaboration avec le Centre de musique baroque de Versailles (CMBV), dont le chœur est un des principaux invités du concert d’ouverture. Un concert intitulé « Le Roi des cieux » comme l’explique un des organisateurs de ces festivités, Vojtěch Semerád, membre également du prestigieux ensemble tchèque de musique ancienne Collegium Marianum.

« Le concert sera donné par la Maîtrise du CMBV, dirigée par Olivier Schneebeli. Le public aura l’occasion d’entendre les Grands Motets, composés par Michel-Richard de Lalande pour les services liturgiques privés de Louis XIV, donnés dans la chapelle royale de Versailles. »

C’est précisément à la chapelle du château de Versailles, inaugurée en 1710 par le roi, que l’ensemble Collegium Marianum et les chœurs « Les Pages » et « Les Chantres » de Versailles ont récemment interprété les Grands Motets de Lalande. Ils redonneront le même concert ce mardi 11 juillet cette fois à l’église Saint-Simon-et-Saint-Jude, dans le cœur de la Vieille-Ville de Prague. Les œuvres grandioses du « tout-puissant » musicien de la cour du Roi Soleil seront interprétées également par quatre solistes internationaux : Chantal Santon-Jeffery, Reinoud van Mechelen, François Joron et Lisandro Abadie.

Les Pages et Les Chantres, photo: Thomas Garnier / Site officiel du festival d'été de musique ancienneLes Pages et Les Chantres, photo: Thomas Garnier / Site officiel du festival d'été de musique ancienne Outre les Grands Motets de Michel-Richard Lalande, qui comptent parmi les chefs-d’œuvre de la musique sacrée française, le public du Festival d’été de musique ancienne peut découvrir d’autres joyaux de la musique baroque, dont les œuvres de Telemann, Guillemain ou Mondonville, de la musique espagnole et basque telle qu’elle a été présentée à Versailles au XVIIe siècle, ou encore les cantates italiennes préférées de la dauphine de France Marie Josèphe de Saxe.

Donnés au château de Trója, aux couvents de Strahov et de Břevnov ainsi qu’au palais Lobkowicz, les concerts réunissent des orchestres et solistes réputés. La Hofkapelle de Munich, l’Euskal Barrok Enensemble d’Espagne, l’Ensemble Odyssée des Pays-Bas, la soprano italienne Raffaella Milanesi ou encore le virtuose du clavecin Jean Rondeau ont répondu favorablement à l’invitation. Le tout jusqu’au 7 août prochain, lorsque le festival s’achèvera par un concert qui constitue la suite du projet de l’Académie Versailles. A l’occasion de cette série de master-class, de jeunes musiciens du monde entier ont joué sur des copies des instruments à cordes historiques de l’époque de Louis XIV. L’orchestre des Vingt-quatre violons du roi sera ainsi reconstitué lors de la clôture du festival. Vojtěch Semerád :

Jean Rondeau, photo: Edouard Bressy / Site officiel du festival d'été de musique ancienneJean Rondeau, photo: Edouard Bressy / Site officiel du festival d'été de musique ancienne « Nous ferons effectivement revivre les instruments de l’orchestre Les Vingt-quatre violons. Le concert sera donné par le Collegium Marianum sous la direction de Patrick Cohën-Akenine, avec la participation de plusieurs étudiants de l’Académie Versailles de Prague sélectionnés à l’issue d’un concours. Car l’Académie de Versailles n’est pas uniquement un projet pédagogique, c’est aussi une occasion de faire participer les jeunes talents à des projets professionnels. Je pense que ce concert, qui sera donné dans la salle du Rodolphinum, sera un événement exceptionnel pour le public pragois : il pourra entendre l’orchestre Les Vingt-quatre violons du roi qui sera accompagné pour l’occasion par un orchestre à vents, mais aussi par la soprano Jodie Devos qui interprétera les airs d’opéras de J.-B. Lully et A. Campra. »

Enfin, dans le cadre de son programme d’accompagnement, le Festival d’été de musique ancienne propose, le 13 juillet prochain à l’Institut français de Prague, la projection de la comédie-ballet « Le Bourgeois Gentilhomme » de Molière et Jean-Baptiste Lully, enregistrée au Théâtre le Trianon à Paris.

http://www.letnislavnosti.cz/