La Gare centrale va faire sa toilette

La Gare centrale de Prague suscite depuis des années la critique justifiée des passagers des trains et des habitants de la capitale. Le bâtiment à l'architecture somptueuse, qui est un joyau de l'Art Nouveau pragois, abrite aujourd'hui des espaces dont l'entretien et la propreté laissent à désirer. Le débat sur la reconstruction de la gare se poursuit depuis des années et il semble aujourd'hui qu'on passe enfin à l'action. Les travaux de reconstruction, qui doivent commencer dans quinze jours, seront réalisés sans interruption du trafic à la gare.

Oeuvre de l'architecte Josef Fanta, la gare a été terminée en 1909. Son architecture a été très appréciée et a suscité l'admiration du grand Le Corbusier lors de sa visite à Prague. Dans les années 1970, elle a été reconstruite et agrandie car elle n'arrivait plus à satisfaire les besoins des transports de la capitale. Au cours des dernières décennies, elle a souvent été la cible des critiques. On lui reprochait la lenteur des services, la vétusté, le manque de confort, l'insécurité. Comme toutes les grandes gares qui restent ouvertes la nuit, elle attirait des individus douteux pratiquant la prostitution et le trafic de drogue, elle a été le rendez-vous des SDF.

Tout cela ne devrait plus être qu'un souvenir. La société italienne Grandi Stazioni, qui a remporté l'appel d'offres en 2002, entamera les travaux le 14 décembre prochain. « La reconstruction de la gare centrale est pour nous un grand défi. C'est un mariage de la beauté de l'architecture Art nouveau et d'une gare moderne qui sera recherché par les passagers et les habitants de Prague », affirme le chef de l'entreprise Enrico Aliotti, cité par le journal Mlada fronta Dnes. Selon le directeur, la réalisation du projet prendra quatre ans, mais dès 2008 les passagers pourront acheter leurs billets aux nouveaux guichets qui rappelleront ceux d'un terminal d'aéroport.

A partir de 2010, la gare sera louée à Grandi Stazioni qui l'exploitera commercialement. Les kiosques de journaux et de restauration rapide du hall central seront remplacés par des magasins de luxe en verre et acier, des restaurants et des cafés. La gare doit devenir un centre commercial et culturel. On procédera également à un grand remaniement de ses environs et notamment du parc devant le bâtiment qui devient souvent le refuge des sans-abri et que les passagers arrivant à Prague préfèrent éviter.

Selon une statistique de Ceske drahy (la Société des chemins de fer tchèques), quelque 100 000 personnes se rendent en moyenne à la Gare centrale chaque jour. Le porte-parole de Ceske drahy, Ales Ondruj, estime cependant que ce nombre pourrait augmenter jusqu'à 150 000 car on y viendra à l'avenir non seulement pour prendre le train mais aussi pour des achats, des rendez-vous d'affaires ou tout simplement pour prendre un déjeuner. Une perspective alléchante, certes, que devrait garder à l'esprit les voyageurs qui seront désormais obligés de s'accommoder de tous les désagréments possibles dans cette gare transformée, pour quatre ans, en un immense chantier.