La Chambre des députés a un nouveau président, Radek Vondráček (ANO)

Pour la première fois depuis la chute du régime communiste, la Chambre des députés ne sera pas présidée par un membre du parti social-démocrate ou de l’ODS. Mercredi, c’est en effet Radek Vondráček, du mouvement ANO, le large vainqueur des récentes législatives, qui a été élu président de la chambre basse du Parlement. Le suspense était limité puisqu’il était le seul candidat.

Radek Vondráček, photo: ČTKRadek Vondráček, photo: ČTK 135 voix sur 197 parlementaires présents, 46 absentions et deux votes nuls. Le choix de la nouvelle Chambre des députés issue des élections d’octobre a été clair. L’assemblée se réunissait pour la seconde fois à l’occasion de sa session inaugurale débutée lundi et Radek Vondráček, vice-président de la chambre dans la précédente mandature, en est devenu le président :

« C’est une grande chance d’avoir déjà travaillé au sein de la direction de la Chambre des députés. Ce vote est pour moi un grand honneur, au regard de mon attachement aux valeurs démocratiques. Nous avons fait un grand pas pour que ce pays dispose d’une Chambre des députés qui fonctionne. La prochaine étape sera d’avoir un gouvernement opérationnel ayant obtenu la confiance. »

Le mouvement ANO d’Andrej Babiš, qui projette la formation d’un gouvernement minoritaire et qui n’est donc pas certain d’obtenir la confiance, le parti d’extrême-droite SPD de Tomio Okamura, et les communistes (KSČM) ont voté en sa faveur. Peut-être plus surprenant, les députés pirates se sont joints à leurs suffrages. Leur président, Ivan Bartoš, s’en est justifié :

Ivan Bartoš, photo: ČTKIvan Bartoš, photo: ČTK « Nous sommes simplement une opposition constructive et pas une opposition de blocage. Nous souhaitons que la Chambre des députés puisse fonctionner le plus rapidement possible. Nous avons déjà procéder à la constitution du comité parlementaire en charge des mandats et des immunités ; il y a sur la table la demande de la police de la levée de l’immunité parlementaire de MM. Babiš et Faltýnek. Et c’est seulement une assemblée fonctionnelle qui peut s’occuper de cela parmi les questions prioritaires. »

Tout le monde ne l’entend cependant pas de cette oreille. Quatre partis de droite, les conservateurs de TOP 09, le mouvement des maires et indépendants STAN, l’ODS et les chrétiens-démocrates, réunis au sein d’une nouvelle alliance intitulée le « Bloc démocratique », se sont abstenus. Miroslav Kalousek, le chef de TOP 09, a expliqué pourquoi :

« Ce vote a mis en lumière quels sont les partis politiques inclinés à accepter pendant un temps plus ou moins indéterminé un gouvernement qui n’aurait pas la confiance, et ceux qui ne sont pas prêts à cela. »

Radek Vondráček succède donc au social-démocrate Jan Hamáček (ČSSD). Celui-ci, beau joueur, a salué son remplaçant et la continuité qu’il entend incarner :

Radek Vondráček et Jan Hamáček, photo: ČTKRadek Vondráček et Jan Hamáček, photo: ČTK « Je pense que le fait qu’il va y avoir une continuité est un grand plus pour toute la Chambre car cela n’a pas toujours été le cas, qu’une nouvelle direction suive les pas de la précédente. »

Une bonne chose de faite en tout cas pour la Chambre des députés qui peut poursuivre sa session inaugurale. Les parlementaires se sont mis d’accord pour un nombre de cinq vice-présidents qu’ils doivent désigner ce jeudi. Cela tombe bien, cinq candidats se sont manifestés et du beau monde, même si les femmes sont au nombre de zéro : Petr Fiala (ODS), qui a renoncé à candidater à la présidence de la chambre, Vojtěch Pikal (Pirates), Tomio Okamura (SPD), le chef des communistes Vojtěch Filip, et le social-démocrate Jan Hamáček. La discussion risque en revanche d’être plus houleuse pour l’attribution et la composition des comités parlementaires.