Jitka Pánek Jurková, nouvelle directrice du Centre tchèque à Bruxelles

Le Centre culturel tchèque à Bruxelles accueille depuis début septembre une nouvelle directrice. Récemment nommée, Jitka Pánek Jurková prendra ses fonctions cette semaine. Dans un entretien accordé à Radio Prague, elle nous détaille son parcours et ses ambitions pour la culture tchèque dans la capitale européenne.

Jitka Pánek Jurková, photo: LinkedIn de Jitka Pánek JurkováJitka Pánek Jurková, photo: LinkedIn de Jitka Pánek Jurková C’est au Centre tchèque à Prague que Jitka Pánek Jurková nous reçoit, au milieu d’une exposition consacrée à la verrerie, un des symboles de la culture tchèque. La nouvelle directrice du Centre tchèque à Bruxelles nous confie ses impressions et ses ambitions pour les mois à venir. Avant cela, elle évoque une large communauté tchèque à Bruxelles composée de personnes venues vivre en Belgique avant la Révolution de velours, de jeunes gens désireux de travailler au sein des institutions européennes ou encore d’artistes ayant trouvé à Bruxelles un marché de l’art prolifique et fluide. Une communauté dynamique donc, dont elle est maintenant chargée de représenter la culture en Belgique. Et là, Jitka Pánek Jurková connait son dossier. Au fait de l’histoire interculturelle des deux pays, elle dresse un état des lieux de la coopération tchéco-belge :

« Il y a une coopération historique entre ces deux pays. Le premier centre culturel tchèque en Belgique a été ouvert en 1994 et celui de Bruxelles en 1999, donc très tôt après le retour de la démocratie dans notre pays. On dénombre par ailleurs des institutions culturelles belges en République tchèque. Je pense là notamment à la branche flamande de l’ambassade belge à Prague qui s’occupe des affaires culturelles, ainsi qu’à l’institut culturel de Wallonie et de Bruxelles. A ce sujet, il faut noter également que 2019 marquera l’anniversaire des relations belgo-tchèques, puisque la Belgique a envoyé sa première mission diplomatique à Prague en 1919. »

Pour mener à bien la mission qui est celle du Centre tchèque à Bruxelles, à savoir la promotion de la culture tchèque auprès de la population belge, Jitka Pánek Jurková assure qu’elle peut compter sur la coopération des différentes institutions tchèques présentes à Bruxelles : l’ambassade bien sûr, mais également la représentation permanente tchèque auprès de l’Union européenne, les représentations régionales de Prague, de la Moravie du Sud et de la région de Plzeň, et surtout la communauté des tchèques expatriés. L’objectif affiché est de montrer que la République tchèque est un membre enthousiaste de l’UE, tout en initiant la population belge à l’histoire des Pays tchèques.

Centre tchèque à Bruxelles, photo: Google MapsCentre tchèque à Bruxelles, photo: Google Maps Jitka Pánek Jurková évoque aussi un autre objectif important : le centenaire de la fondation de la Tchécoslovaquie en 2018. L’idée sera alors de faire sortir l’art et la culture tchèque des galeries et des musées qui ne touchent selon elle qu’un public limité, pour les exposer en plein air dans des espaces publics à Bruxelles. 2018 sera l’occasion pour les centres culturels des pays du Groupe de Visegrád présents à Bruxelles de redorer leur image en Europe occidentale, cette dernière étant un peu froissée par le débat sur la solidarité européenne. A cette occasion, Tchèques, Hongrois, Polonais et Slovaques ont prévu une série de conférences consacrées à cette année phare pour eux, auxquelles participeront des personnalités belges, ainsi que de troupes de danse et de théâtre.

Mais si 2018 est une année importante pour la République tchèque, c’est aussi parce qu’elle marquera les 70e et 50e anniversaires des Coup et Printemps de Prague, respectivement en 1948 et 1968. Soucieuse de traiter l’histoire tchèque dans son intégralité, Jitka Pánek Jurková n’oublie pas ces dates clefs :

« Nous avons prévu deux expositions multimédias qui représentent ces moments sombres de notre histoire au travers de la réalité virtuelle. Les visiteurs pourront revivre ces évènements en étant au plus proche de la réalité, c’est une façon de faire revivre l’Histoire. Le Centre accueillera également une série de discussions et de débats sur la perception de ces évènements aujourd’hui. »

L’offre culturelle tchèque à Bruxelles sera donc consistante dès l’année prochaine. Et si Jitka Pánek Jurková a déjà vécu en Belgique et travaillé au Centre tchèque, elle préfère ne pas aborder son nouveau séjour par le biais de cette expérience passée :

« Mon objectif est de voir Bruxelles avec un nouveau regard, ma position l’exige ; et il faut bien entendu tenir compte du fait que Bruxelles a changé depuis mon dernier séjour. Pour autant je n’ai pas le sentiment d’aller dans une nouvelle ville. Grâce à l’année que j’ai passée ici, j’ai la chance de connaître un certain nombre de personnes sur qui je peux compter pour travailler. J’aimerais toutefois aborder ce nouveau séjour d’une nouvelle façon. »

Photo: Centre tchèque à BruxellesPhoto: Centre tchèque à Bruxelles Jitka Pánek Jurková a donc d’ores et déjà un programme très chargé, au regard des nombreuses festivités, conférences et commémorations prévues. La culture tchèque a ainsi de beaux jours devant elle en Belgique, et donnera peut-être envie aux Bruxellois de venir jeter un œil en République tchèque.

Pour finir, lorsqu’on lui fait remarquer que les cultures belge et tchèque se disputent le titre de nation de la bière, Jitka Pánek Jurková nous répond que, pour elle, le choix est fait :

« En tant que représentante de la République tchèque, c’est évident pour moi (rires)… Mais s’il y a un endroit où je peux pallier au manque de bière tchèque, c’est bien en Belgique ! »