« J’entends parler de Prague depuis dix ans grâce à la radio, et me voilà dans vos studios ! »

On peut appeler ça un p’tit bonheur de la vie. Ou évoquer la magie de la radio. Ramanou Baiou est un jeune ingénieur en informatique béninois. S’il vit et travaille en France depuis quelques années, c’est au Bénin qu’il a découvert la République tchèque. Et ce grâce à l’écoute de Radio Prague et de ses émissions alors encore diffusées en ondes courtes. De passage à Prague, Ramanou Baiou a tenu à nous rendre visite dans nos studios. Rencontre donc, émouvante parfois, avec un de ces « auditeurs du bout du monde » :

Ramanou Baiou, photo: Archives de Ramanou BaiouRamanou Baiou, photo: Archives de Ramanou Baiou « Je suis originaire de Parakou au Bénin et j’écoute Radio Prague depuis 2006. A l’origine, nous étions un groupe d’amis passionnées par l’écoute des transmissions par ondes courtes. En découvrant une station, nous avons vite compris que plusieurs pays diffusaient eux aussi des émissions en ondes courtes. Comme nous vivons très loin de ces pays, cette écoute nous a permis de découvrir différentes cultures. Et c’est ainsi que nous avons découvert aussi Radio Prague. »

Quelles étaient les émissions qui vous intéressaient plus particulièrement ?

« Nous étions très attachés au Courrier des auditeurs qui agrège un peu les autres rubriques grâce notamment aux commentaires des auditeurs de différents pays. On retrouvait d’ailleurs souvent des auditeurs dont on entendait les noms également sur d’autres stations qui diffusaient en ondes courtes. Le Courrier des auditeurs est une sorte de synthèse des autres émissions. C’est la seule rubrique où les auditeurs peuvent réagir et donner leur avis. »

Expliquez-nous un peu comment se passait cette écoute des ondes courtes chez vous au Bénin…

Parakou au Bénin, photo: UXrocks, CC BY 3.0Parakou au Bénin, photo: UXrocks, CC BY 3.0 « On écoutait sur des tout petits postes qui sont peut-être aussi âgés que nous. Je dis cela en rigolant, mais le fait est que c’étaient vraiment de très vieux postes. Ceci dit, leur ancienneté n’enlève rien au fait que ces postes ont une impressionnante qualité de réception des ondes courtes. Nous nous amusions donc à regarder la carte du monde, par exemple lorsque nous écoutions Radio Prague, puis à localiser la République tchèque et l’endroit où nous étions nous au Bénin. On voyait ainsi la distance qui nous séparait et cela nous faisait prendre pleinement conscience de la magie des ondes… Ce que l’on ressent alors est difficile à exprimer, c’est quelque chose qu’il faut vivre pour bien comprendre. Tu reçois l’actualité et la culture d’un pays qui se trouve à l’autre bout du monde en restant chez toi. D’ailleurs, au moment de l’avènement d’Internet, nous nous faisions plaisir en téléchargeant la version numérique des émissions pour les écouter ensuite. La qualité était bien meilleure, mais nous continuions à partager l’écoute à l’intérieur de notre communauté d’auditeurs d’ondes courtes. »

Aujourd’hui, vous vivez et travaillez à Nancy en France. Vous êtes venu pour quelques jours à Prague avec votre amie pour un séjour de découverte. Peut-on donc dire que ce voyage est l’aboutissement de vos écoutes de Radio Prague lorsque vous étiez plus jeune et viviez encore au Bénin ?

Ramanou Baiou, photo: Archives de Ramanou BaiouRamanou Baiou, photo: Archives de Ramanou Baiou « L’écoute de Radio Prague a eu un impact certain. Cette écoute nous a d’abord permis de ‘voir’ ce qui se passait ailleurs dans le monde et a ouvert nos esprits sur les autres cultures. Quand j’ai commencé à écouter Radio Prague en 2006, je ne savais pas du tout ce que je ferais dans dix ans. Et aujourd’hui me voilà en République tchèque, dans les studios de Radio Prague… Pour moi, cela est quelque chose de très important. »

« Vous savez, il y a aujourd’hui beaucoup de nouveaux médias qui émergent, mais la radio, quelle que soit sa forme, que ce soit sur ondes courtes, en FM ou sur Internet, reste un outil d’enseignement. Son écoute nous a permis d’apprendre énormément de choses et a contribué de façon très significative à notre éducation. »

La radio stimule l’imagination. En visitant Prague, retrouvez-vous donc des images que vous aviez peut-être en tête lorsque vous écoutiez les émissions ?

 « Oui. Lorsque nous écoutions Radio Prague, nous envoyions ensuite des rapports d’écoute à Prague et nous recevions en retour des cartes QSL (une carte QSL est une carte d'accusé de réception du format d'une carte postale qu’envoient les stations émettrices aux radioamateurs pour confirmer la liaison existante entre les deux parties, ndlr). Pour la plupart, les cartes de Radio Prague montraient des monuments de la République tchèque. Et là, depuis quelques jours, je découvre en vrai certains de ces monuments… Alors, vous imaginez… J’ai conservé chez moi ces cartes QSL (cf. : http://www.radio.cz/fr/static/qsl/cartes-qsl pour l’historique des cartes QSL de Radio Prague) dans ma petite collection de toutes les stations de radio du monde et il m’arrive encore de les regarder de temps à autre. Aujourd’hui, je vois tout cela de mes propres yeux et c’est exceptionnel ! »

Ramanou Baiou, photo: Archives de Ramanou BaiouRamanou Baiou, photo: Archives de Ramanou Baiou « Je vis désormais en France et j’ai déjà visité plusieurs pays. Mais je me suis dit qu’il fallait que je vienne à Prague. Il fallait que je vienne pour vraiment découvrir. J’entends parler de Prague depuis dix ans via la radio et j’en vis aujourd’hui l’expérience. C’est une très belle expérience et je crois que je reviendrai. »