Jaromír Jágr, l’histoire reste en marche

La légende de Jaromír Jágr va donc bien continuer à s’écrire. Le meilleur joueur de hockey sur glace tchèque de l’histoire a signé un contrat d’un an en faveur des Flames de Calgary. A 45 ans, Jágr s’apprête donc à disputer la 27e saison de sa carrière dans la prestigieuse ligue nord-américaine NHL, sa première dans une franchise canadienne.

Jaromír Jágr, photo: ČTKJaromír Jágr, photo: ČTK Ce que Roger Federer est pour la Suisse ou Ronaldo pour le Portugal, deux sportifs qui incarnent à eux seuls leur petit pays, Jaromír Jágr l’est - sans exagération aucune - pour la République tchèque: une légende vivante. Vieillissante certes, comme le trahissent les boucles désormais grises de sa tignasse, mais toujours en activité. Un personnage à part, dont l’aura, ne serait-ce qu’après des médias et du public tchèques, dépasse largement le cadre des patinoires et plus généralement des arènes sportives. Un joueur en fin de carrière néanmoins qui espérait bien pouvoir disputer sa dernière saison en NHL, la ligue théâtre de ses innombrables exploits depuis le début des années 1990. Encore fallait-il pour cela trouver une franchise intéressée par les services du vétéran tchèque. Après de longs mois d’incertitude depuis la fin de la saison dernière, où son contrat avec les Panthers de la Floride était arrivé à son terme, c’est finalement Calgary qui a décidé de franchir le pas en engageant l’attaquant tchèque. La franchise canadienne a formulé une offre de dernière minute à Jágr alors que celui-ci s’apprêtait à disputer ses premiers matchs en deuxième division tchèque avec le club de sa ville natale dont il est le propriétaire :

« J’étais prêt à rester ici à Kladno. J’avais déjà prévu d’aller jouer à Litoměrice ce mercredi, puis de disputer les deux matchs suivants ce week-end à domicile contre České Budějovice et le Slavia. Ce départ est donc une surprise pour moi. Je ne m’y attendais plus, mais les choses sont allées très vite. Le problème est que la saison commence déjà et que je n’ai pas participé à un seul entraînement avec l’équipe. Cela fait cinq mois que je n’ai pas joué le moindre match non plus, et à mon âge il ne faudra pas s’attendre à de grands exploits de ma part. »

Jaromír Jágr, photo: ČTKJaromír Jágr, photo: ČTK L’exercice 2017-2018 de la NHL démarre effectivement dans la nuit de ce mercredi à jeudi. Une reprise à laquelle ne participera pas encore un Jágr qui a accepté un contrat d’une valeur de 'seulement' un million de dollars pour la saison, soit son salaire le plus faible depuis le début de sa carrière dans la ligue nord-américaine. Un vrai choix sportif donc, comme s’en est expliqué le principal intéressé :

« Compte tenu de mon âge, je ne pouvais probablement pas espérer qu’une franchise me propose beaucoup plus. D’un autre côté, l’avantage est que je n’aurai aucune pression. Etre le joueur le moins bien payé de l’équipe n’a pas que des inconvénients. Personne ne peut attendre de moi que je fasse 50 ou 60 points par saison. Jouer dans la troisième ou quatrième formation me convient donc parfaitement. »

Meilleur marqueur européen et deuxième meilleur marqueur tout court de l’histoire de la NHL (1 914 points, buts et assistances compris, en saison régulière), Jaromír Jágr sera également le troisième joueur plus âgé de l’histoire de la ligue. Et si tout se passe comme il l’espère, l’attaquant tchèque pourrait bien devenir dans les mois à venir le joueur avec le plus grand nombre de matchs disputés en saison régulièredurant une carrière. Et il ne cache qu'il s'agit là pour lui d'une vraie source de motivation :

« Pour certaines statistiques, il ne me manque effectivement plus grand-chose pour établir de nouveaux records et il serait dommage de ne pas faire le maximum pour y parvenir. Bien sûr, je ne pense plus à battre des records de buts ou de points, il s’agit davantage du nombre de matchs. »

Jaromír Jágr, photo: ČTKJaromír Jágr, photo: ČTK A Calgary, Jaromír Jágr portera aussi le neuvième maillot d’une franchise NHL d’une carrière entamée à Pittsburg aux côtés de Mario Lemieux peu après la chute du régime communiste en Tchécoslovaquie. C’est en revanche la première fois que le joueur au très symbolique numéro 68 défendra les couleurs d’une équipe canadienne. Une perspective dont se félicite un autre grand attaquant tchèque, ancien joueur lui aussi des Flames, Jiří Hrdina :

« Je pense qu’il se plaira bien à Calgary. C’est une belle ville avec la montagne à proximité. Il faudra simplement qu’il s’habitue à la météo l’hiver, car ce ne sera pas tout à fait la même qu’en Floride... Mais je doute que cela dérange particulièrement Jaromír. Il va là-bas pour le hockey et on ne fait pas mieux que le Canada pour ce qui est de la passion. Les Canadiens sont de vrais amoureux et de fins connaisseurs du jeu. Si les performances de Jaromír répondent aux attentes du public et qu’il est en mesure d’aider l’équipe, les gens vont l’adorer. »

Si tel est le cas, nul doute que Jaromír Jágr adorera lui aussi sa probable dernière saison au plus haut niveau… Qu’on se le dise : le roi n’est pas mort, alors vive le roi !