Intégration des Roms et montée du racisme : l’ONU recommande à la Tchéquie d’en faire plus

La République tchèque est sur le gril cette semaine à Genève, où se tient la 28e session du Groupe de travail du Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Cinq ans après sa dernière évaluation, la situation en République tchèque fait l’objet d’un nouvel Examen périodique universel par les autres Etats membres de l’ONU. Sans surprise, l’intégration insuffisante des Roms dans la société majoritaire et la lutte contre la montée du racisme et de la xénophobie constituent les deux principaux points qui ont fait l’objet de premières recommandations lors de l’exposé présenté lundi.

Photo illustrative: Filip Jandourek, ČRoPhoto illustrative: Filip Jandourek, ČRo Après 2008 et 2012, c’est la troisième fois que la République tchèque, au même titre que les 192 autres États membres de l’ONU, fait l’objet de cet examen par ses pairs et certaines organisations non gouvernementales. Cette procédure universelle, qui se répète tous les quatre ans et demi, doit permettre de dresser un état des lieux des moyens mis en œuvre par chaque pays pour maintenir et améliorer la situation des droits de l’homme sur son territoire, et à traiter des violations de ces dits droits.

Comme lors des deux examens précédents, le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a donc exhorté les autorités tchèques d’abord à revoir, encore et toujours, leur copie pour ce qui est de la stratégie nationale d’intégration des Roms. Un problème récurrent pour la République tchèque, régulièrement critiquée par les institutions internationales et même accusée lundi de ségrégation par la Belgique, comme en convient Kateřina Šaldová, de l’antenne tchèque de l’organisation Amnesty International :

Kateřina Šaldová, photo: ČTKateřina Šaldová, photo: ČT « Si nous examinons le commentaire qui nous a été adressé ce lundi dans son ensemble, nous devons reconnaître que c’est effectivement le point qui a été évoqué le plus souvent, et ce par plus de vingt pays. Parallèlement, les efforts entrepris ont eux aussi été soulignés par un certain nombre de pays, et notamment la transformation de la loi sur les écoles qui vise, entre autres, à permettre une meilleure intégration des enfants roms dans le système scolaire. »

Concernant la législation en question, il s’agit concrètement de la loi dite d’inclusion qui, depuis son entrée en vigueur à la rentrée 2016, rend obligatoires non seulement la scolarisation dans des établissements classiques des enfants défavorisés, soit pour des raisons de handicap physique, mental ou social, mais aussi la scolarisation en dernière année de maternelle.

L’application de cette nouvelle loi n’empêche cependant pas la République tchèque d’être accusée de pratiques discriminatoires et de non-respect de la directive européenne sur l’égalité raciale, les enfants roms étant placés de façon disproportionnée dans des écoles spéciales pour élèves souffrant de handicaps mentaux légers. Ils sont également placés systématiquement dans des classes et des écoles publiques séparées. Sur ce point, la Commission européenne doit d’ailleurs prochainement décider de la suite qu’elle donnera à la procédure d’infraction introduite en 2014 à l’encontre de la République tchèque.

Plusieurs autres recommandations ont bien entendu encore été faites à la République tchèque, et notamment sur un point bien précis qui concerne l’ensemble des pays membres du Groupe de Visegrád (République tchèque, Hongrie, Pologne et Slovaquie), comme le regrette Kateřina Šaldová :

Photo illustrative: Štěpánka BudkováPhoto illustrative: Štěpánka Budková « La deuxième chose qu’il convient effectivement d’évoquer, comme l’ont d’ailleurs fait là aussi plus de vingt pays, c’est le racisme, la xénophobie et l’islamophobie qui gagnent du terrain. Nous pourrions même parler d’une nouvelle violence inspirée par des préjugés et de diffamation raciale. Ces dernières années, les normes dans ce domaine ont été régulièrement repoussées dans notre pays. Certains propos qui sont tenus publiquement aujourd’hui étaient encore inimaginables il y a cinq ans de cela. »

Le succès récent du parti ouvertement anti-Roms et anti-migrants SPD aux élections législatives, ou encore les régulières déclarations islamophobes du président de la République, Miloš Zeman, confirment cet état des lieux, comme le regrette la responsable d’Amnesty International :

« Les médias comme les politiques sont responsables. Ce sont eux qui établissent la norme. Ce que nous pouvons lire ou entendre dans les médias ou de la bouche des politiciens est généralement considéré comme normal ou tolérable. Mais si vous entendez les plus hauts représentants du pays, y compris le président de la République, dire des choses dont le contenu constitue une violation de la loi et de facto un délit de diffamation discriminatoire, alors les gens peuvent penser que c’est normal et que ce n’est pas un problème. »