Hommage au violon

C’est grâce au violoniste Jaroslav Svěcený que les Pragois ont l’occasion unique de voir ces jours-ci une exposition intitulée Les célèbres violons européens - Prague 2009. L’exposition présentée au deuxième étage de la Maison municipale réunit des instruments fabriqués au cours de quatre siècles et démontre que déjà au XVIIIe siècle, les Tchèques occupaient une des meilleurs places parmi les luthiers européens.

Le plus ancien violon qui s’est conservé jusqu’au XXIe siècle, avait a été fabriqué en 1564. Voilà une de nombreuses informations intéressantes qu’apprend le visiteur de l’exposition de la Maison municipale. Il y trouvera aussi les biographies de luthiers européens célèbres et même un atelier de facteur de violons traditionnel. Mais ce qui l’attire surtout ce sont les instruments eux-mêmes. Selon l’organisateur de l’exposition Jaroslav Svěcený, réunir tous ces objets précieux à un seul endroit n’était pas facile :

« Comme il s’agit des violons de collections privées, il a fallu deux ans pour préparer cette exposition. Je dois remercier tous ceux qui ont mis leurs violons à ma disposition. L’exposition durera deux mois et pendant cette période beaucoup de mes collègues ne pourront donc pas jouer de leurs instruments. Je suis heureux que nous ayons réussi à réunir une splendide collection d’une quarantaine de violons et aussi une collection d’archets français d’Eugène Sartory qui était un des plus importants facteurs d’archets du monde.»

D’après les organisateurs la dernière exposition de ce genre et de cette envergure a eu lieu à Prague il y a 116 ans. L’objectif des auteurs de cet hommage à l’instrument exquis qu’est le violon est aussi de situer la lutherie tchèque dans le contexte européen :

«L’exposition démontre les liens entre les luthiers européens et pragois. J’aimerais dire par cette exposition qu’il n’y pas que Stradivarius, car souvent on n’expose que les violons des facteurs italiens les plus célèbres, mais qu’à partir du XVIIIe siècle des violons de meilleure qualité étaient fabriqués aussi chez nous. »

Et Jaroslav Svěcený de rappeler que c’est dans le quartier de Malá Strana de Prague qu’il faut chercher le berceau de la lutherie tchèque. Le luthier Kašpar Strnad, surnommé le Stradivarius tchèque, a été le premier à adopter les méthodes des facteurs de violon italiens car, avant lui, la lutherie tchèque avait été fortement influencée par l’école allemande. L’exposition de la Maison municipale réunit donc des instruments fabriqués par tous les plus grands luthiers tchèques et leurs familles. Le visiteur y trouve aussi les oeuvres de la famille Homolka ayant donné à la lutherie tchèque neuf maîtres de ce métier qui est également un art. Toute une série de concerts sera organisée dans le cadre de l’exposition. Lors du concert inaugural donné le jour de vernissage, Jaroslav Svěcený a joué de trois violons faisant partie de la collection exposée et, à l’entr’acte, le public a été invité à monter sur l’estrade pour voir de près ces excellents instruments.