France Culture s’invite à Prague pour parler Europe centrale

L’Institut Français de Prague accueillait, lundi dernier, Emmanuel Laurentin et l’équipe de la Fabrique de l’Histoire, émission de France Culture, pour un atelier et une discussion relatifs à l’histoire en Europe centrale. Co-organisateur de l’évènement, le CEFRES (Centre français de recherche en sciences sociales) avait invité pour l’occasion différents spécialistes des pays du Groupe de Visegrád (V4).

L’après-midi s’est divisé en deux blocs dans la salle du cinéma de l’Institut français, avec d’abord un atelier-débat suivi d’une table ronde, le tout sur le même thème : « l’Europe centrale et ses nostalgies historiques ». Modératrice du débat et directrice du CEFRES, Clara Royer décrit l’évènement :

« C’est un évènement organisé par le CEFRES, en partenariat avec l’Institut Français de Prague, soutenu par celui de Paris, et co-organisé par France Culture, plus précisément par l’émission de la Fabrique de l’Histoire puisque l’équipe nous rejoint pour trois jours pour enregistrer une série d’émissions sur l’usage politique de l’histoire en Europe centrale, animées par Emmanuel Laurentin. L’idée est de valoriser autant que possible les savoirs, qui sont en train de s’élaborer, les interprétations qui remettent en cause les préjugés, tant ici en Europe centrale qu’en France, où la lecture que l’on fait de la région est assez confuse. »

L’évènement avait en effet une double dimension : permettre aux Praguois, qu’ils soient tchèques ou français, d’en savoir plus sur la région dans laquelle ils vivent, mais surtout proposer aux auditeurs de France Culture une vision plus profonde et détaillée de l’Europe Centrale que celle qu’offrent parfois les médias français. Une double identité que ne renie pas Emmanuel Laurentin, animateur de l’émission :

« Sûrement qu’il y a cette dimension-là. Effectivement il y a cette idée de donner de l’antériorité et de la profondeur de champ grâce à l’histoire à des questions éminemment contemporaines, et à une méconnaissance très grande des Européens qui se considèrent comme les ‘constructeurs’ de l’Europe, vis-à-vis de ceux qui les ont rejoints plus tard. C’est sûr qu’il y a une dimension pédagogique à expliquer ce qui se passe ici et à dépasser les idées reçues qu’on peut avoir sur ces pays. »

Emmanuel Laurentin, photo: Pamputt, CC BY-SA 4.0Emmanuel Laurentin, photo: Pamputt, CC BY-SA 4.0 Finalement, l’objectif est accompli, les divers spécialistes invités, Pauli Bauer (Université Charles), Balázs Abloncy (Académie hongroise des sciences), Barbora Spalová (Université Charles) et Andrzej Leder (Académie polonaise des sciences), ayant su retenir l’attention de l’auditoire. Présent pour couvrir l’évènement pour Hulala, un site en français traitant de l’actualité des pays d’Europe centrale, le journaliste Ludovic Lepeltier-Kutasi était en tous les cas convaincu par l’idée :

« Je trouve que c’est bien qu’il y ait ce genre d’évènements, c’est même dommage que ce travail de perspectives croisées sur le V4 ne soit pas plus fréquent. J’espère que ça va donner lieu à d’autres manifestations de ce type. C’est un format court qui permet de remettre en perspective les récits dominants de l’histoire, et la manière dont on sélectionne la mémoire collective avec l’actualité brûlante et politique, notamment en Pologne et en Hongrie. »

La série d’émissions enregistrées par France Culture et Emmanuel Laurentin sera diffusée en quatre parties, chaque jour du18 et au 21 décembre. Un rendez-vous à ne pas manquer donc, pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’Europe centrale.