Foot – Coupes d’Europe : le Sparta déjà au bord de la « cata »

Le week-end à venir sera marqué par la reprise du championnat de République tchèque de football. Une reprise très attendue en raison notamment de l’activité des deux grands clubs de Prague sur le marché des transferts durant l’intersaison. Mais avant cette 1ère journée de l’exercice 2017-2018 d’une compétition nationale rebaptisée HET Liga, le Slavia et le Sparta justement, mais aussi le Viktoria Plzeň et Mladá Boleslav, étaient en lice en coupes d’Europe mardi et jeudi. Et tous avec des sorts très distincts.

L’Etoile rouge de Belgrade - Sparta Prague, photo : ČTKL’Etoile rouge de Belgrade - Sparta Prague, photo : ČTK Tandis que le Slavia Prague et le Viktoria Plzeň, qui ont fait leur entrée dans la compétition au 3e tour préliminaire, s’efforceront de devenir les premiers représentants du football tchèque depuis quatre ans à se qualifier pour la phase de groupes de la prestigieuse Ligue des champions, le Sparta et Mladá Boleslav seront, eux, satisfaits s’ils parviennent à passer l’automne en Ligue Europa en compagnie de Zlín, vainqueur de la coupe de République tchèque la saison dernière et directement qualifié pour la phase de groupes.

Le Sparta, désormais entraîné par l’Italien Andrea Stramaccioni, sera d’autant plus satisfait - et soulagé - après sa défaite (0-2) concédée jeudi soir sur la pelouse de l’Etoile rouge de Belgrade. Dans l’ambiance traditionnellement brûlante du stade surnommé « Marakana », les Pragois, qui peuvent s’estimer heureux de ne pas être repartis de la capitale serbe avec des valises plus lourdes, sont restés hors-sujet durant la totalité de leur premier match officiel de la saison. Et malgré leur dizaine de recrues étrangères, ils auront fort à faire jeudi prochain devant leur public pour se renverser la vapeur et se qualifier pour les barrages.

Mladá Boleslav - KF Skënderbeu Korçë, photo : ČTKMladá Boleslav - KF Skënderbeu Korçë, photo : ČTK Un retour compliqué, c’est également ce qui attend Mladá Boleslav en Albanie. Bien que dominateur, le club de Bohême centrale a dû se contenter d’un succès (2-1) à domicile contre le KF Skënderbeu Korçë. Un maigre avantage qui ne lui laissera guère de droit à l’erreur.

En Ligue des champions, le Slavia Prague et le Viktoria Plzeň ne disposeront guère de plus de marge de manœuvre lors du retour. S’il a ramené un résultat nul positif de son déplacement en Roumanie (2-2) mardi, le club de Bohême de l’Ouest peut toutefois regretter de s’être laissé rejoindre au score par le FC Steaua Bucarest à deux reprises. Avec l’ancien sélectionneur Pavel Vrba de nouveau à sa tête, le Viktoria devra donc encore batailler à Plzeň pour décrocher sa qualification.

Slavia Prague - Bate Borisov, photo : ČTKSlavia Prague - Bate Borisov, photo : ČTK Enfin, c’est partagé entre la satisfaction d’avoir gagné sans encaisser à domicile (1-0) et la frustration de n’avoir pas marqué davantage de buts malgré une supériorité numérique de soixante-dix minutes que le Slavia a quitté ses nombreux supporters au coup de sifflet final de la réception des Biélorusses du Bate Borisov. Un résultat mi-figue, mi raisin, comme l’a concédé à l’issue de la rencontre au micro de Radio Prague le milieu international camerounais du Slavia, Mickael Ngadeu :

 « C’est toujours une satisfaction de gagner. On sait comment se passent les matchs européens : cela se joue en aller-retour. On est donc contents de nous être imposés même si, c’est vrai, il y a aussi un peu de regrets car il y avait la place pour gagner avec un écart plus important. On a été longtemps en supériorité numérique, on aurait dû utiliser cette chance pour mettre plus de buts. Cela n’a pas été fait, il va falloir être costaud au match retour chez eux, essayer de ne pas encaisser et voir comment marquer. »

Michael Ngadeu, photo : ČTKMichael Ngadeu, photo : ČTK Vous avez touché deux fois les montants. Il vous a donc certes manqué un peu de réussite, mais quoi d’autre encore pour marquer ce deuxième but ?

 « C’est vrai qu’on a un peu manqué de réussite, mais c’est notre premier match de la saison. Les automatismes ne sont pas encore en place. Je suis sûr qu’au match retour, on corrigera ce qui n’a pas marché. Il faudrait plus de tirs au but et jouer davantage dans la verticalité. C’est ce qui nous a manqué aujourd’hui. »

N’avez-vous pas balancé trop de ballons dans la surface biélorusse à certains moments par manque de solutions ou de patience ?

Michael Ngadeu (à droite), photo : ČTKMichael Ngadeu (à droite), photo : ČTK « Non. C’est vrai que vers la fin du match, on a un peu perdu patience. On a essayé de jouer sur tous les ballons devant, les solutions n’ont pas manqué. Les Biélorusses étaient bien en place, il ne faut pas oublier cela. Cette équipe défendait devant sa surface, ne montait pas. Ils sont costauds derrière, ils ont su bloquer toutes nos attaques et fermer les espaces. On n’a simplement pas trouvé le petit ingrédient qu’il fallait pour trouver la faille. »

C’est désormais un match très délicat qui vous attend en Biélorussie...

 « C’est sûr. Ils sont toujours forts chez eux. On va essayer de jouer le même football qu’aujourd’hui, d’être aussi costauds derrière, et surtout de ne pas encaisser. »

Personnellement, vous enchaînez cette nouvelle saison après la Coupe des Confédérations, avec très peu de repos entre la fin de saison dernière et l’ouverture de cette nouvelle. Comment vous sentez-vous ? On vous a vu très présent dans l’entrejeu…

 « C’est vrai que je ne me suis pas assez reposé. J’ai mis cela de côté, la période de vacances est terminée. Je me suis dit que si l’entraîneur et l’équipe avaient besoin de moi, je devais être présent. J’ai passé deux semaines de vacances avec ma famille, cela a été réconfortant, je me suis ressourcé. La nouvelle saison est repartie, il faut se remettre en place. »

Toujours d’un point de vue personnel : vous avez eu une énorme occasion en première mi-temps seul face au gardien biélorusse, puis une seconde, un coup de tête sur un corner, en deuxième, que vous a-t-il manqué pour les mettre au fond ?

 « Sur la première occasion, le ballon m’a surpris, le gardien a eu le réflexe de balancer sa main. Sur la deuxième occasion, je suis monté, j’ai mis la tête et puis le ballon est passé de peu à côté du cadre, je ne pouvais rien de plus. Mais il faudra mieux cadrer la prochaine fois ! »