Faits et événements Fin du monopole de la société České dráhy sur les grandes lignes de chemins de fer

27-09-2011 15:45 | Václav Richter

La société nationale České dráhy n’est plus la maîtresse absolue sur les grandes lignes de chemins de fer de République tchèque. Depuis ce lundi, elle a un concurrent redoutable : la société RegioJet, faisant partie du groupe Student Agency, dessert désormais la ligne Prague-Ostrava. L’entrée de la nouvelle compagnie sur le réseau ferroviaire tchèque a été abondamment commentée par les médias et accueillie de manière favorable par la majorité des passagers

Télécharger: MP3

Le train de la société RegioJet, photo: Archiv de Student AgencyLe train de la société RegioJet, photo: Archiv de Student Agency Les trains jaunes de la société RegioJet attirent les passagers en leur offrant un confort qui n’est pas habituel dans la majorité des trains tchèques. Sièges moelleux, climatisation, journaux gratuits, boissons chaudes et froides offertes par des hôtesses de train, wi-fi dans les wagons, tout cela impressionne et séduit les nouveaux clients qui voyageaient jusqu’à présent avec la société nationale des chemins de fer. En plus, le prix du billet Prague-Ostrava proposé par RegioJet est moins élevé que celui des trains Pendolino de České dráhy qui desservent également cette ligne. Les trains Pendolino sont cependant plus rapides. Le directeur du groupe Student Agency, Radim Jančura, estime que la concurrence est nécessaire pour améliorer la qualité des services sur les chemins de fer tchèques :

Radim JančuraRadim Jančura « Chaque client doit se décider. Bien sûr, je ne pense pas que nous puissions attirer tous les passagers. Les passagers se répartiront entre notre société et České dráhy. Notre présence sur les chemins de fer profitera absolument à tous les passagers et même à České dráhy. »

Tarifs spéciaux, réservations gratuites, nouveaux services, modernisation des trains, plus de confort pour les passagers – telles sont les armes préparées par la société nationale des chemins de fer pour faire face à la nouvelle concurrence. Selon son attaché de presse, Petr Šťáhlavský, la société RegioJet n’est d’ailleurs pas l’unique concurrent de České dráhy en République tchèque. Des sociétés privées desservent déjà certaines lignes régionales.

Petr Štáhlavský, photo: ČT24Petr Štáhlavský, photo: ČT24 « Nous cherchons, nous aussi, à améliorer progressivement la qualité de nos services et pas uniquement sur la ligne Prague-Ostrava. Tous les jours, nous assurons 7000 correspondances sur les lignes nationales et régionales. Par exemple, vers la fin de l’année, nous allons mettre en service de nouveaux trains climatisés dans la région de Liberec et sur le Plateau tchéco-morave. »

Et Petr Šťáhlavský de souligner que la société České dráhy ne peut pas se concentrer sur une seule ligne mais doit couvrir tout le réseau pour tous les clients, ce qui représente annuellement près de 160 millions de passagers. D’après Petr Šťáhlavský, l’amélioration de la qualité des services doit donc concerner 7000 trains et cela ne peut bien évidemment pas être mis en place du jour au lendemain.

Le train de la société RegioJet, photo: Archiv de Student AgencyLe train de la société RegioJet, photo: Archiv de Student Agency Toujours est-il que la position privilégiée de České dráhy dans les transports ferroviaires en République tchèque est terminée. RegioJet n’est d’ailleurs pas l’unique société qui désire desservir la ligne Prague - Ostrava. Il faut se préparer à l’arrivée d’un troisième concurrent, la société Leo Express détenue par l’homme d’affaires Leoš Novotný. Les trains de cette compagnie relieront Prague à Ostrava à partir de décembre 2012.

Partager

à découvrir

Autres articles publiés

La bicyclette n’est pas encore la « petite reine » de Prague…

Pauline Darvey

Photo: Petr Vyleta, Auto*Mat Prague, ville verte ? La capitale aux cent clochers a, semble-t-il, encore beaucoup d’efforts à faire en matière d’environnement....En savoir plus

Articles correspondants

En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français