Federer, Nadal et Cie à Prague pour la première Laver Cup

Nouvelle compétition par équipes qui oppose l’Europe au reste du monde, la Laver Cup a démarré à Prague ce vendredi après-midi. Trois jours durant jusqu’à dimanche soir, la fine fleur du tennis mondial est réunie dans la capitale tchèque pour la première édition d’un événement à l’intérêt sportif toutefois limité.

Roger Federer et Rafael Nadal, photo: ČTK, photo: ČTKRoger Federer et Rafael Nadal, photo: ČTK, photo: ČTK Les amateurs de tennis ne peuvent probablement pas rêver d’un plus beau plateau de stars. Malgré le forfait très regretté de l’Argentin Juan Marin del Potro dans l’équipe du « reste du monde », quelques-unes des plus grandes légendes du jeu, de Rod Laver bien entendu à Roger Federer et Rafael Nadal, sont bien là, à Prague, pour en découdre entre elles. Maître d’œuvre de cette Laver Cup inspirée de l’autrement plus prestigieuse Rider Cup de golf, Roger Federer a parfaitement maîtrisé sa communication avec les médias depuis son arrivée à Prague mardi pour vendre l’événement à un public attendu très nombreux tout au long des trois jours de compétition malgré le prix exorbitant des places :

« Je suis très heureux d’être de retour ici à quelques jours du début de la compétition. C’est fantastique de voir que cette Laver Cup prend un tour concret. Les préparatifs se sont très bien passés et je suis impatient d’être sur le court et de découvrir l’ambiance dans la salle. J’aime beaucoup Prague, j’ai vraiment hâte de jouer ici. »

Björn Borg, photo: ČTKBjörn Borg, photo: ČTK Dirigée par le non moins légendaire Suédois Björn Borg, l'équipe de l'Europe sera composée, outre Roger Federer et Rafael Nadal, de Marin Cilic, Alexander Zverev, Dominic Thiem et Tomáš Berdych. Malgré une saison très moyenne, le Tchèque, descendu à la 19e place mondiale, ne pouvait pas manquer ce rendez-vous chez lui :

« J’espère bien que l’ambiance se rapprochera le plus possible de celle qui règne lors des rencontres de Coupe Davis. Il est important que le public participe à l’événement lui aussi et contribue à son succès. Je pense qu’il s’agit d’une grande fête du tennis qui mérite de l’engouement. J’espère donc que le public sera derrière nous pour nous aider à gagner cette première édition. »

Avec John McEnroe pour capitaine, Frances Tiafoe, Sam Querrey, John Isner, Jack Sock, Nick Kyrgios et Denis Shapovalov dans ses rangs, la « Team World » est clairement l’outsider de cette première confrontation du genre dans l’histoire du tennis.

Tomáš Berdych, photo: ČTKTomáš Berdych, photo: ČTK Quatre rencontres figurent au programme de chacune des trois journées de compétition ; trois simples et un double. Une victoire ce vendredi rapportera un point, puis deux points samedi et enfin trois points dimanche. La première des deux équipes qui obtiendra treize points sur les vingt-quatre possibles aura gagné. Ce vendredi, les trois premiers simples opposent Cilic à Tiafoe, Thiem à Isner et Zverev à Shapovalov, avant un double disputé sur la surface dure de couleur noire de l’O2 Arena de Prague par Nadal et Berdych d'un côté, et Kyrgios ainsi que Sock de l'autre. Et la présence de Berdych du même côté du filet que Nadal sera la principale attraction de cette première journée, comme en convient le principal intéressé :

« Bien sûr que cette perspective est tout à fait à mon goût. Mais ce n’est pas moi qui décide avec qui je joue. Je pense que nous avons une équipe extrêmement forte et tous les joueurs peuvent jouer ensemble. Mais il est évident que l’idée de disputer pour la première fois un match de double avec Rafa à mes côtés est très excitante. »

Rafael Nadal, photo: ČTKRafael Nadal, photo: ČTK Un Nadal qui, assure lui-même l’Espagnol, n’est pas venu à Prague pour faire le clown :

« Ce ne sera certainement pas une exhibition. Nous sommes là pour donner le meilleur de nous-mêmes, et si je me suis levé à quatre heures du matin jeudi pour m’entraîner, ce n’est certainement pas pour faire de la figuration sur le court. Nous sommes là pour gagner, jouer avec passion et pour notre continent. »

Et ce n’en déplaise à tous ceux, nombreux, qui pensent que cette Laver Cup à la valeur sportive très relative n’est rien d’autre qu’un événement de plus destiné à faire encore un peu plus de fric.