De part et d’autre de la Vltava, la ligne A du métro pragois fête ses 35 ans

Le 12 août 1978, la ligne A du métro de Prague ouvrait ses portes. Sa construction répondait au souhait du régime communiste tchécoslovaque de voir un grand nombre d’usagers circuler plus rapidement et plus facilement dans la capitale pragoise. Après 35 ans de service, le tracé de couleur verte sur les cartes du réseau de transports en commun pragois s’apprête à connaître un agrandissement avec l’ouverture de quatre nouvelles stations prévue en 2014.

Photo: CT24Photo: CT24 Le métro A est a l’heure actuelle le tracé souterrain le plus court de la capitale tchèque et compte treize stations. Les travaux ont démarré en janvier 1973 et se sont achevés en août 1978. Lors de son inauguration, les apparatchiks communistes ont utilisé cette construction comme un exemple de leur collaboration fructueuse avec Moscou et comme un symbole du succès de la classe ouvrière ainsi que du régime socialiste.

La première ligne de métro A partait de Leninova, rebaptisée depuis lors Dejvická, pour atteindre Náměstí Míru, la place de la Paix. Les constructeurs ont dû faire face à un profil de terrain difficile et à la présence de la rivière Vltava. František Polák, le porte-parole de la société de transports Metrostav, explique les difficultés rencontrées à l’époque :

František Polák, photo: CT24František Polák, photo: CT24 « La problématique était liée au fait que nous allions pour la première fois sous la Vltava. Cela nous effrayait un peu mais nous nous sommes entraînés et nous l’avons traversé quatre fois depuis. »

Mais la ligne aujourd’hui connue par la lettre A n’est pas la première à Prague. C’est celle répondant au nom de C, qui inaugure ainsi le métro pragois en 1974. Enfin, la B a est mise a la disposition des passagers en 1985. Aujourd’hui, 57 stations accueillent un million de passagers par jour en moyenne sur des parcours d’une longueur totale de soixante kilomètres. Le projet de construction d’une quatrième ligne a été longtemps évoqué mais la mairie de Prague affirme ne pas disposer des finances nécessaires pour sa mise en oeuvre.

Toutefois, quatre nouvelles stations vont être inaugurées sur la ligne A en 2014, dont le terminus sera l’hôpital universitaire de Motol, le plus grand du pays. Ce nouveau trajet réduirait ainsi de moitié le temps de transport entre le centre de la ville et l’établissement hospitalier. Pour ce projet, d’un coût total d’environ 21 milliards de couronnes (près de 800 millions d’euros), la municipalité pragoise a obtenu un prêt de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) de 8,5 milliards de couronnes (environ 350 millions d’euros).

Ce dimanche, les voyageurs ont pu emprunter à l’occasion de ce 35e anniversaire les anciens wagons soviétiques, photo: CTKCe dimanche, les voyageurs ont pu emprunter à l’occasion de ce 35e anniversaire les anciens wagons soviétiques, photo: CTK Ce dimanche, les voyageurs ont pu emprunter à l’occasion de ce 35e anniversaire les anciens wagons soviétiques, qui ont été remplacés en 2005, et que les Pragois affublaient de surnoms originaux tels que ¨Briketa¨ - la briquette, ou "Černá huba" - la bouche noire. Le ticket ne valait qu’une couronne à l’époque communiste et des officiers en uniforme marron scrutaient les faits et gestes des passagers. Mais depuis, les wagons ont connu des améliorations manifestes. Plus rapides, plus sûrs et plus confortables, le métro est devenu part intégrante de la vie des Pragois, comme l’explique cet usager :

Ce dimanche, les voyageurs ont pu emprunter à l’occasion de ce 35e anniversaire les anciens wagons soviétiques, photo: CTKCe dimanche, les voyageurs ont pu emprunter à l’occasion de ce 35e anniversaire les anciens wagons soviétiques, photo: CTK « La vie d’un Pragois est tellement exigeante qu’il n’a pas le temps de remarquer tous ces changements. Mais les wagons d’aujourd’hui sont mieux, plus modernes. »

Et de nombreuses innovations sont encore a prévoir. Ainsi, Ropid, la régie municipale des transports de Prague a émis l’idée de réserver des wagons aux célibataires afin de promouvoir les transports publics tout en facilitant les rencontres amoureuses.