Absinthe : une soirée de lectures scéniques d’auteurs français

Ce samedi 10 novembre, le Théâtre Divadlo Na Vinohradech propose une lecture scénique de cinq pièces de théâtre françaises, en tchèque. A la réalisation, la jeune metteuse en scène Lucie Málková qui revient sur le programme de cette soirée intitulée Absinthe.

Lucie MálkováLucie Málková « Cette soirée est en réalité dédiée aux traducteurs parce que les textes qui vont être présentés sont de nouveaux textes français qui ont été traduits dans le cadre d’un appel lancé par Dilia, une organisation qui fait venir et traduire les textes de théâtre contemporain. Pourquoi ‘Absinthe’ ? Tout simplement parce qu’une des pièces de théâtre s’appelle ‘Absinthe’, c’est celle de l’auteur Pierre-Yves Chapalain. »

Vous présentez dans ce cadre plusieurs auteurs français traduits en tchèque. Est-ce qu’il s’agit tous de jeunes auteurs contemporains ? D’où viennent-ils ?

 « C’est mixte, les traducteurs ont lu plusieurs textes et ont choisi parmi les dix ou quinze ceux qui ont été traduits. C’est divers : Samuel Gallet par exemple est très jeune et qui n’a écrit que deux pièces. Et puis d’un autre côté, on a Pierre-Yves Chapalain, un auteur déjà connu et plus âgé. Marion Aubert a déjà été présentée à Prague l’an dernier dans le cadre d’une lecture scénique du projet Ecritures du Monde. »

Un des auteurs, Caya Makhélé, est à Prague pour l’occasion…

Caya MakhéléCaya Makhélé « Il sera présent et on va réaliser une lecture complète de son texte Sortilège. »

Pouvez-vous nous parler de son texte ?

 « Il a écrit ce texte à Prague et s’est inspiré du mythe de Rusalka, ainsi que de l’opéra de Dvořák. C’est à la fois une pièce autour du mythe mais aussi autour des problèmes familiaux. Il a vraiment deux niveaux de lecture. »

C’est donc beaucoup de textes, et beaucoup de temps. La lecture scénique va durer 3 heures, c’est un marathon, comment gérer vous cela au niveau de la mise en scène ?

 « Même si c’est une lecture scénique, nous voulons que cela reste une mise en espace. Il y a vraiment le sentiment d’une scène, avec des costumes, des lumières etc. Il y a cinq pièces, ce qui est beaucoup et les pièces se ressemblent un peu. On retrouve les mêmes thèmes : la crise de la famille, la xénophobie, la violence faite aux femmes… »

Théâtre Divadlo Na VinohradechThéâtre Divadlo Na Vinohradech Parallèlement à cette lecture scénique à Prague se déroule à Paris un événement équivalent…

 « C’est un projet de l’association Ecritures du monde qui après deux séances à Prague de lectures de textes français, a décidé de faire une lecture scénique de textes tchèques contemporains. Ca se déroule cette semaine à Paris au Théâtre Ouvert et au Centre tchèque à Paris. »

Vous-même y avez-vous participé ?

 « Non, ce n’est pas possible de faire les deux choses à la fois. Donc je me suis concentrée sur la présentation des textes français à Prague. »