2018, une année riche en commémorations pour les Tchèques

2017 s’est achevé. Bonjour 2018. Et c’est une année particulièrement importante pour les Tchèques puisque vont être commémorés de nombreux anniversaires, liés aux grands moments de l’histoire du pays. En effet, par un étrange hasard, l’histoire tchèque du XXe siècle est rythmée par des dates en 8, les fameuses « osudové osmičky » ou les « années en 8 fatales » comme les appellent les Tchèques.

Preuve que ces dates en 8 frappent les esprits, c’est d’ailleurs ce thème qui a été choisi pour le feu d’artifice du Nouvel an, à Prague, lundi, un spectacle pyrotechnique aux couleurs du drapeau tchèque aux tonalités très solennelles. Ainsi donc s’égrènent les dates-clés de l’histoire tchèque (et slovaque pour le coup) : 1918, 1938, 1948, 1968, la révolution de Velours ayant raté le coche de 1988, pour se produire un an plus tard…

La plupart de ces dates sont d’ailleurs dramatiques pour l’histoire du pays, 1918 faisant figure de lumineuse exception. C’est en effet en 1918 que s’achève la Première Guerre mondiale, et dans le sillage de l’effondrement des grands empires européens, Tchèques et Slovaques obtiennent leur indépendance, réunis dans un seul Etat créé de toutes pièces, la Tchécoslovaquie. Et qui, pour renforcer idéologiquement son existence, s’appuiera sur un concept national inédit, le « tchécoslovaquisme », comme l’expliquait l’historien Jiří Hnilica au micro de Radio Prague il y a quelques années :

« Le concept du tchécoslovaquisme s’enracine dans le XIXe siècle à partir d’une série de questionnements sur ce que sont les Slaves, sur ce qu’est la famille slave, notamment contre les Allemands. On retrouve ces questions chez Palacký, Kollár, Borovský et les autres historiens du XIXe siècle. Mais le concept du tchécoslovaquisme est conçu de manière plus précise du point de vue politique pendant la Première Guerre mondiale notamment au sein du groupe composé de Masaryk, Beneš et de Štefánik dans l’idée de créer un nouvel Etat, la Tchécoslovaquie, qui prend naissance le 28 octobre 1918. »

19181918 La Tchécoslovaquie s’inspire des régimes occidentaux qui ont contribué à sa création : la Première République tchécoslovaque sera d’ailleurs tout au long de sa courte vie, la seule démocratie d’Europe centrale. Et au sein de Radio Prague en particulier, cet anniversaire prendra tout son sens, puisque la création de la Tchécoslovaquie est étroitement liée à la France, son droit à l’indépendance ayant été officiellement reconnu le 30 juin 1918 à Darney, un petit village situé dans les Vosges.

En 2018, les anniversaires suivants seront moins réjouissants, puisque 1938 marque l’année des accords de Munich, signant de facto la fin de la Première République tchécoslovaque, même si l’invasion de l’armée nazie n’interviendra qu’en 1939, mais aussi la fin d’une certaine confiance entre le peuple tchèque et les démocraties occidentales ayant cédé aux exigences hitlériennes.

1948 ensuite, le coup d’Etat communiste, connu sous le nom de coup de Prague, parachève comme une suite logique implacable de transformer pour longtemps le visage de ce pays démocratique ambitieux mais fragile.

1968, photo: Archives de ČRo1968, photo: Archives de ČRo Enfin 1968 : symbole de renouveau et de liberté dans de nombreux pays du monde, cette date a également été marquante en Tchécoslovaquie. Elle condense à elle seule l’espoir et la désillusion d’un peuple puisque l’année commence avec la nomination d’Alexander Dubček au poste de premier secrétaire du Parti communiste tchécoslovaque, mais s’achève sur l’écrasement des idées qu’il a incarnées. Prônant un « socialisme à visage humain », la nouvelle direction communiste est réformatrice et c’est alors toute une nation qui, pendant quelques mois, va vivre dans l’exaltation de changements importants dans la société. Des changements qui n’ont toutefois pas l’heur de plaire à Moscou qui mettra un point d’honneur à faire revenir la brebis égarée dans le rang : en août, les troupes du pacte de Varsovie envahissent la Tchécoslovaquie, plongeant le pays dans une vingtaine d’années de répression et de grisaille.

 

Toutes ces dates et ces anniversaires, nous les traiterons en détails tout au long de l’année, avec des entretiens, des émissions spéciales, des dossiers thématiques sur notre site internet. Cette année de commémorations s’incarnera également dans un concours qui vous est destiné, chers auditeurs de Radio Prague. Intitulé « Le Tube du siècle », le principe en est simple : à partir de lundi prochain, nous diffuserons tous les jours un tube musical d’une année donnée, en commençant avec l’année 1918 justement. C’est en tout 100 chansons qui vous seront données à écouter, des chansons devenues populaires ou importantes dans l’histoire du pays, et pour lesquelles vous serez appelés à voter, pour au final, élire le « tube du siècle ». Nous vous présenterons très bientôt les règles précises de ce concours, imaginé pour accompagner cette année riche en événements commémoratifs.