Faits et événements Un hommage au père du brave soldat Chveik

03-01-2003 | Václav Richter

Cette année, nous allons célébrer deux anniversaires de Jaroslav Hasek, auteur des Aventures du brave soldat Chveik, le 120ème anniversaire de sa naissance et le 80ème anniversaire de sa mort.

Télécharger: RealAudio

Jaroslav HasekJaroslav Hasek On sait que Hasek a écrit une partie de son célèbre roman à l'auberge "A la couronne tchèque" dans la commune de Lipnice, où il se rendait souvent et où il allait trouver le dernier repos. C'est donc par une cérémonie, devant son tombeau, mais aussi par un colloque à l'auberge, par de la bière et du goulasch, qu'on a décidé de rendre hommage à cet écrivain, ce vendredi 3 janvier, jour du 80ème anniversaire de son départ de ce monde. Aujourd'hui, l'auberge est en possession de la famille Hasek et le petit-fils de l'écrivain, Richard, est l'un des organisateurs de cette manifestation.

Parfois, on avait tendance à confondre l'auteur et son personnage, Jaroslav Hasek et le soldat Chveik, mais les choses étaient loin d'être si simples. Ils se ressemblent, certes, en plusieurs points - ils ont été mobilisés, par exemple, dans l'armée autrichienne, lors de la Première Guerre mondiale, et certains épisodes de la vie de Hasek nous rappellent les aventures du brave soldat. "C'est un idiot intelligent, écrira à propos de Chveik l'écrivain Ivan Olbracht, peut-être même un idiot génial qui, grâce a sa bonhomie imbécile et rouée en même temps, arrive toujours à prendre le dessus, car il serait impossible qu'il ne gagne pas." Le portrait de Jaroslav Hasek serait bien différent. Certes, son sens de l'humour était légendaire, sa capacité d'inventer des situations drôles et absurdes était inépuisable, mais son âme était bien compliquée. Au moment où le soldat Chveik commençait sa grande carrière internationale, Hasek noyait sa vie dans l'alcool. Son biographe Radko Pytlik allait écrire: "Le bruit courrait que Hasek n'avait rien d'un amuseur, mais que c'était un mélancolique profond. Son humour apparaissait comme une explosion de fantaisie, une explosion d'aspiration enfouie vers la liberté. C'est justement pourquoi, il devait garder un masque pour se protéger de l'environnement hostile. Et ce masque n'était autre que la nonchalante vie de bohème et l'humour."

Partager

à découvrir

Autres articles publiés

Des changements violents de la météo tourmentent la République tchèque

Astrid Hofmanová

En savoir plus

Préavis de grève des conducteurs de tramway

Alain Slivinský

La matinée de lundi prochain pourrait bien être un calvaire pour tous les Pragois qui doivent utiliser le tram pour se rendre au travail,...En savoir plus

Simon Panek - lauréat du prix l'Européen de l'année

Jaroslava Gissübelová

Simon Panek, de l'organisation humanitaire L'Homme en détresse, est le premier lauréat tchèque du prix L'Européen de l'année. La revue...En savoir plus

L'humour "tchécoslovaque" survit aux changements politiques

Magdalena Segertová

En ce début de janvier, dix ans se sont écoulés depuis la partition de l'Etat commun des Tchèques et des Slovaques. Mais les deux...En savoir plus

Articles correspondants

En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français