Les Tchèques moins friands de confiseries de chocolat

En République tchèque, la consommation moyenne de confiseries de chocolat continue à baisser depuis 2012. En 2015, elle s’est élevée à 3,6 kilogrammes par habitant (soit une baisse interannuelle de 5,8%), comparé à 4 kilogrammes consommés il y a cinq ans, selon les derniers chiffres publiés par l’Office tchèque des statistiques.

Photo : Alexander Stein, Pixabay / CC0 Public DomainPhoto : Alexander Stein, Pixabay / CC0 Public Domain A en croire les statistiques, les Tchèques seraient aussi moins friands de chocolat : la consommation moyenne a légèrement baissé, pour se situer à 2,6 kilogrammes par habitant en 2015. Les confiseries non chocolatées seraient également de moins en moins plébiscitées en Tchéquie : leur consommation a baissé de 3,1 kg en 2014 à 2,8 kg enregistrés l’année suivante. Le point sur le marché en 2016 sera fait en hiver.

D’après les spécialistes en nutrition, nous assistons à un changement de comportement des consommateurs tchèques. Ces derniers seraient de plus en plus vigilants quant à la composition des aliments et préféreraient les produits moins sucrés et allégés. Principale société sur le marché tchèque des sucreries, la société Nestlé a rappelé à cette occasion qu’elle s’était engagée à à réduire le sucre de 5% dans ses produits d’ici 2020.

Connue pour ses marques Orion, Studentská pečeť, Margot, Kofila, Bon Pari ou Lentilky, la République tchèque reste un exportateur important de confiseries, principalement vers la Grande-Bretagne et la Slovaquie.