Les Tchèques deux fois plus riches que les Slovaques, mais quatre fois moins que les Allemands

Bien que la croissance de la richesse nette des ménages ait ralenti environ de moitié l’année dernière par rapport à 2015, les Tchèques restent le deuxième peuple le plus riche en Europe centrale et de l’Est. Seuls les Slovènes les devancent. Tel est un des principaux enseignements qui ressort de l’étude, menée par le groupe d’assurances allemand Allianz.

Photo illustrative: Ondřej Šponiar, Pixabay / CC0Photo illustrative: Ondřej Šponiar, Pixabay / CC0 Cette étude, la huitième du genre, classe les ressortissants de cinquante-trois pays selon leur fortune. En termes d’actifs financiers nets, les Tchèques sont arrivés en 28e position en 2016, soit une progression interannuelle de deux places. Inversement, la République tchèque a rétrogradé de deux rangs au 27e au classement des actifs financiers bruts.

Le montant moyen de la richesse nette par habitant s’est élevé à 12 630 euros en République tchèque. A titre de comparaison, il était de 6 150 euros en Slovaquie et de 7 070 euros en Pologne, deux pays voisins.

Les différences entre les pays d’Europe de l’Ouest et de l’Est restent marquantes. Les Allemands, autres voisins des Tchèques, sont ainsi près de quatre fois plus riches avec une fortune moyenne évaluée à 49 760 euros, les Autrichiens étant eux encore mieux lotis avec 51 980 euros.

Si les Tchèques se portent plutôt bien par rapport aux ressortissants des autres pays ayant appartenu autrefois à la sphère communiste, la croissance de leur richesse nette a toutefois ralenti de 4,1% en l’espace d’un an. En cause selon Allianz : l’augmentation de leur endettement (5,4% en 2016) et le fait que la valeur totale de leurs actifs n’ait augmenté que de 4,5%, soit le taux le plus faible des six dernières années.