Les salaires n’ont jamais autant augmenté depuis dix ans

Le salaire moyen tchèque a augmenté de 7,6% sur un an au second trimestre de cette année. Il se rapproche de la barre fatidique des 30 000 couronnes puisqu’il atteint désormais 29 346 couronnes, environ 1 126 euros. S’expliquant par la situation de plein emploi que connaît la Tchéquie, c’est la hausse la plus significative depuis dix ans.

Photo: Barbora NěmcováPhoto: Barbora Němcová Les analystes s’attendaient tous à une hausse du salaire moyen, qui se comprend logiquement par la situation bouchée sur le marché du travail, qui exerce une pression positive sur le niveau des rémunérations. Selon l’agence de presse ČTK, ils tablaient cependant sur une augmentation moindre, de l’ordre de 6,4 à 6,8%. La Banque nationale tchèque (ČNB) évoquait même quant à elle un chiffre de 5,9%.

La hausse du salaire moyen est donc supérieure à ces estimations et il faut remonter au premier trimestre 2008 pour trouver une croissance comparable. Pour ce qui est du salaire moyen réel, c’est-à-dire qui prend en compte l’inflation, l’augmentation au second trimestre de cette année est de 5,3% et c’est le chiffre le plus important depuis dix ans.

Outre le niveau du chômage très faible (4,1% en juillet), cette évolution reflète plus généralement la bonne santé de l’économie tchèque. Les spécialistes interrogés par la ČTK notent également l’effet produit par les hausses successives du niveau du salaire minimum décidées par l’actuel gouvernement, après plusieurs années de gel de l’indice. Au 1er janvier 2017, ce minima social est passé de 9 900 couronnes (380 euros) à 11 000 couronnes (422 euros) et il devrait connaître une nouvelle réévaluation début 2018, en passant à 12 200 couronnes (468 euros). Le salaire minimum devrait ainsi être supérieur au seuil de pauvreté en République tchèque.

La croissance des bas salaires a été significative. C’est ce que prouve la hausse du salaire médian, supérieure à celle du salaire moyen. Ce salaire médian, qui sépare la population entre la moitié qui gagne plus et celle qui gagne moins, a augmenté de 8,2% au second trimestre et s’établit à 24 896 couronnes (955 euros). Il met cependant aussi en lumières les inégalités importantes de revenus entre les hommes et les femmes. Le salaire médian pour les premiers est de 27 181 couronnes (1 043 euros) et pour les secondes de 22 300 couronnes (855 euros).