Les premières Škoda Octavia seront bientôt montées en Algérie

Après l’Europe et l’Asie, Škoda Auto s’apprête à lancer la production de ses véhicules en Afrique. Concrètement, le modèle Octavia sera prochainement assemblé à Relizane, dans le nord-ouest de l’Algérie, à l’usine Volkswagen. La filiale tchèque du groupe allemand entend ainsi être en mesure de répondre à la croissance attendue du marché de l’Afrique du Nord.

Photo illustrative: Škoda AutoPhoto illustrative: Škoda Auto Les Octavia seront produites sur un site de 150 hectares situé à quelque 220 kilomètres à l’ouest d’Alger et qui est une propriété commune de Volkswagen et de la société algérienne SOVAC, représentant exclusif du groupe allemand dans le pays et actionnaire majoritaire. Dans un premier temps, seules une centaine de voitures y seront assemblées quotidiennement, mais Volkswagen Algérie compte atteindre une production annuelle de 100 000 unités d’ici 2022.

L’Octavia ne sera pas le seul modèle qui sortira de ces nouvelles lignes de montage algériennes. Les Volkswagen Golf et Caddy ainsi que la Seat Ibiza y seront également produites. Le groupe allemand, qui possède déjà une usine à l’autre bout du continent, en Afrique du Sud, marche ainsi sur les traces d’autres constructeurs européens qui ont décidé d’investir en Afrique du Nord. Avec ses deux usines au Maroc voisin, à Tanger et à Casablanca, où ont été assemblés près de 250 000 véhicules en 2016, parmi lesquels ceux notamment de la marque roumaine Dacia, Renault en est le principal représentant.

A la différence toutefois du groupe français dont une importante partie de la production est destinée à la vente en Europe, Volkswagen entend se concentrer en priorité sur l’Afrique, marché encore peu développé. Environ un million de voitures y sont vendues annuellement, un chiffre qui, en Europe, se rapproche de la grandeur du marché espagnol. Enfin, l’intérêt de cet investissement en Algérie est également d’éliminer les droits de douanes élevés appliqués sur les voitures neuves importées.