Économie/Commerce Les nouvelles technologies au service du tourisme

16-10-2009 16:51 | Anne-Claire Veluire

Patrick Beslon est directeur d’une agence spécialisée dans l’accueil de touristes francophones, Avant-Garde Prague. La société, associée à la société Digital Urban Legends, vient de lancer un nouveau projet : mettre à la disposition des touristes des guides nouvelle génération.

Télécharger: MP3

Photo: Digital Urban LegendsPhoto: Digital Urban Legends « Prague GPS digital guide, ou en français on pourrait dire le guide numérique GPS de Prague, est un guide qui est né de la volonté d’utiliser les nouvelles technologies dans le secteur du tourisme. Bien sûr, il y a déjà le web, mais nous qui proposons des visites guidées, nous voulions proposer quelque chose de nouveau, quelque chose qui permette une totale liberté au client. Le touriste vient à Prague, et peut trouver l’application sur un ‘pocket PC’ ou un ‘PDA’ – la terminologie en français est assez vague pour le moment – qui est en fait un mini-ordinateur portable. Ce sont des outils qui utilisent des systèmes d’exploitation mobiles, comme peut l’être Google Androide, ou par exemple Iphone, qui utilise son propre système d’exploitation, ou alors pour les PDA que l’on utilise, et le système d’exploitation sous lequel on a développé notre propre application de A à Z, on l’a fait sous Windows mobile, parce que c’est un système d’exploitation qui offrait beaucoup plus de possibilités, à l’époque, puisque ça nous a pris trois ans pour le faire, que les autres systèmes d’exploitation. »

Techniquement, on comprend bien de quoi il s’agit. Concrètement, lorsque vous allez mettre entre les mains des touristes cet appareil, que vont-ils faire avec ?

Photo: Digital Urban LegendsPhoto: Digital Urban Legends « On a décidé de proposer aux touristes une nouvelle forme de se déplacer en ville et de visiter la ville. C’est donc un outil qui est totalement urbain. Et on a décidé d’utiliser les nouvelles technologies pour offrir aux touristes et aux clients une totale liberté, de la même façon qu’un guide papier. Sauf que l’inconvénient du guide papier, c’est qu’il est limité par le nombre de pages. Tandis que la technologie informatique n’est pas limitée. Le contenu est variable ; on peut l’adapter et l’actualiser très régulièrement. De plus, il n’y a pas de limite de contenu, et on peut mettre vraiment toutes les informations que l’on veut. Ca ne veut pas dire que vous allez être noyés sous l’information, parce que quand vous utilisez l’application, vous recherchez vous-même l’information qui vous intéresse. Et vous trouvez donc cette information. »

Photo: Digital Urban LegendsPhoto: Digital Urban Legends « C’est une plate-forme d’utilisation très simple, qui propose un système de navigation sur une carte, et même plusieurs cartes. Ca fonctionne sur des points géographiquement localisés sur la carte, qui sont tous les points touristiques qui peuvent être intéressants, et pas seulement les points touristiques. Ca va être donc les monuments, les musées, et pour les informations pratiques, par exemple, les stations de métro, les distributeurs automatiques, la poste, le poste de police, etc. Vous avez un moteur de recherches par filtre : vous pouvez chercher par adresse, par point de localisation. C’est déjà une façon d’obtenir de l’information. Ensuite, il y a une particularité, qui est celle que vous êtes touriste, vous venez à Prague et vous voulez avoir des informations sur Prague. Et il n’y a pas que des points géographiques, il y a aussi des points qui sont immatériels. Par exemple une personnalité n’est pas rattachée à un point matériel. Il a donc fallu créer une autre base de données pour ce type d’informations. »

Photo: Digital Urban LegendsPhoto: Digital Urban Legends « A partir de ces bases de données, qui sont structurées, c’es-à-dire qu’il y a toujours un titre, les coordonnées géographiques, une photo principale, une galerie de photos, tout un texte, et tous ces points sont reliés les uns aux autres. Vous avez systématiquement des articles associés. Par exemple, vous êtes sur la place Kafka. On vous dit que Kafka a vécu dans une maison sur cette place. En regardant les articles associés, vous tombez sur Kafka et on vous raconte la vie de Kafka. Ensuite, on vous indique quels sont les points liés à Kafka. Il va y avoir tous les points géographiques, donc la place de la vieille ville, le palais Kinsky où il a étudié, la rue Celetna où il a vécu. Quant aux autres points non matériels, cela va être des personnalités ou des mythes comme le Golem par exemple. »

Photo: Digital Urban LegendsPhoto: Digital Urban Legends « Cette application propose aussi des visites guidées, c’est-à-dire que vous avez des circuits qui sont enregistrés. Vous pouvez faire un circuit ou une visite guidée sur l’architecture, sur l’architecture cubiste par exemple, sur l’architecture baroque, ou gothique, mais aussi un circuit sur la bière aussi. La République tchèque est le pays de la bière et on va vous emmenez de point en point, de brasserie en brasserie, vous inviter à goûter ainsi les différentes sortes de bières. Seulement, il ne faut pas faire ça le matin… »

Vous travaillez sur ce projet depuis trois ans. Comment vous est venue cette idée, avec qui vous êtes-vous associé ?

 « Ce projet a été monté en collaboration avec la société DUL, Digital Urban Legends, qui est une société de développement informatique, qui développe spécialement des applications pour Windows mobile, et qui s’est spécialisé sur ce guide de Prague et sur toutes les applications annexes qui peuvent être utilisées avec cette application.
Photo: Digital Urban LegendsPhoto: Digital Urban Legends L’application, on peut s’en servir pour faire des jeux, c’est-à-dire qu’il est tout à fait possible d’organiser un circuit non pas en vous promenant et en vous envoyant de points en points en vous donnant des informations mais en vous demandant des informations, ou alors en vous faisant faire quelque chose. Il n’y a plus besoin d’accompagnement, il n’y a plus besoin de carte, il n’y a plus besoin d’accompagnants. »

C’est aussi cela la question : vous dirigez une société qui embauche un certain nombre de guides. S’inquiètent-ils pour leur place ?

Photo: Digital Urban LegendsPhoto: Digital Urban Legends « Oui, dans le sens où tout le monde s’inquiète de l’avenir. Mais par expérience, on le sait parce que l’application est déjà disponible pour le tourisme à Prague, on a déjà quelques clients qui ont utilisé l’application, et c’est une utilisation complètement différente que le guide papier. Et ce n’ pas du tout la même chose que la visite guidée avec un vrai guide qui va vous raconter ses expériences personnelles. Il y a un échange subjectif et affectif, où on partage vraiment quelque chose. Tandis que là, la personne qui prend cet appareil, n’a pas forcément envie d’avoir ce genre d’échange. Les clients qui veulent avoir un vrai guide sont toujours là. On développe un nouveau marché en réalité. »

Concernant le contenu, j’imagine qu’il y a beaucoup de pages explicatives sur des questions d’architecture, d’histoire, de littérature etc. Qui a préparé l’ensemble de ces pages ?

 « La structure des pages de données a été préparée par toute une équipe de spécialistes. Il y a d’abord la partie technique, gérée par la société qui a programmé le logiciel. En ce qui concerne le contenu, il a été écrit, parce qu’il faut être propriétaire du contenu, bien évidemment, on ne peut pas se permettre d’aller recopier ce qui existe déjà, il y a des droits d’auteurs. Il a donc fallu créer tous les contenus, et nous sommes propriétaires de tous les contenus. Ce sont des spécialistes des domaines concernés, que ce soit en histoire, en architecture, en littérature etc. »

Vous travaillez depuis trois ans sur ce projet. Dans combien de temps estimez-vous que vous aurez réussi à rentabiliser un tel projet ?

 « C’est difficile à dire. C’est un investissement assez élevé, pour la programmation du logiciel comme pour les bases de données ou le contenu du guide. Mais je pense que c’est beaucoup plus un investissement sur l’avenir qu’un investissement pécuniaire. Ce n’est même pas un pari parce que c’est quelque chose auquel on croit. On sait que ça va marcher. On fait ça pour nous, et bien sûr pour les gens qui viennent à Prague. On fait ça pour Prague. On ne fait pas ça seulement pour le plaisir d’investir de l’argent mais pour le plaisir de réaliser quelque chose. »

Partager

à découvrir

Articles correspondants

En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français