Le jeu vidéo, un secteur économique important en Tchéquie

Environ une centaine d’entreprises travaillent dans l’industrie vidéoludique en République tchèque. Le secteur emploie quelque 1 300 employés et, selon la Télévision publique, qui proposait récemment un état des lieux du secteur, cela fait du pays un acteur important du jeu vidéo dans le monde.

Photo illustrative: Tomasz Mikolajczyk / Pixabay, CC0Photo illustrative: Tomasz Mikolajczyk / Pixabay, CC0 C’est peut-être le studio Illusion Softworks, aujourd’hui connu sous le nom de 2K Czech, qui a fait connaître la Tchéquie comme une terre de jeu vidéo. Le développeur est responsable de Hidden and Dangerous à la fin des années 1990, un jeu d’action prenant pour théâtre la Seconde Guerre mondiale, et surtout de Mafia. Ce jeu, qui s’apparente à GTA, c’est-à-dire qu’il propose un univers ouvert dans lequel le joueur dispose d’une grande liberté de choix et de mouvements, a connu un important succès. C’est à présent une série dont le troisième opus est sorti l’année passée.

Désormais, le chiffre d’affaires de ce secteur d’activité atteint les 2,5 milliards de couronnes, près de 100 millions d’euros. Il faut dire que le développement d’un jeu vidéo coûte une somme comparable au tournage d’un film ou d’une série en République tchèque. A l’étranger, les budgets peuvent d’ailleurs être bien plus importants.

Ainsi, il faut parfois investir plus de 100 millions de couronnes (un peu moins de 4 millions d’euros) pour produire un jeu vidéo. Et le marché tchèque est trop petit pour amortir une telle somme. « Plus de 95% des ventes s’effectuent à l’étranger et le marché tchèque est vraiment peu significatif pour l’industrie tchèque du jeu vidéo », explique Pavel Barák, le président de l’organisation Le Jeu tchèque.

Avec par exemple des œuvres comme Kingdom Come: Deliverance, un jeu de rôle actuellement en fin de développement se déroulant dans la Bohême médiévale et déjà salué par la critique, le jeu vidéo tchèque peut cependant voir l’avenir plutôt sereinement.