Le groupe TV Nova était le plus regardé en 2018

Dépassé en 2016 par la Télévision publique tchèque, le groupe commercial TV Nova est redevenu en 2017 le plus regardé en République tchèque. Avec 30,47 % de parts d’audience, il devance d’une tête le groupe public et est largement devant ses concurrents Prima et TV Barrandov.

C’est le site Médiář.cz, spécialisé, comme son nom l’indique, dans l’actualité des médias, qui rapporte ce mardi les chiffres d’audience pour l’année qui vient de s’achever. La lutte était serrée entre la Télévision tchèque et Nova, et c’est finalement ce dernier qui l’a emporté. Le groupe privé est constitué de la chaîne généraliste Nova et de plusieurs chaînes thématiques. Sur un an, TV Nova a augmenté ses parts d’audience chez les personnes de plus de 15 ans de 1,74 point.

La Télévision publique a baissé d’autant et perd la première place. La chaîne publique la plus plébiscitée reste de loin la généraliste ČT1, qui réunit la moitié des spectateurs du groupe, loin devant ČT2, la chaîne d’informations ČT24 et la chaîne sportive ČT Sport.

Dans le privé, la concurrence reste loin derrière Nova. Depuis près de vingt ans, le groupe Prima se maintient aux alentours d’un cinquième de l’audience tchèque. Il réalise exactement 21 % des parts d’audience en 2017, en très légère baisse de 0,15 point par rapport à l’année précédente.

En revanche, le groupe TV Barrandov, qui a récemment fait l’objet d’une plainte de la part du Conseil de l'audiovisuel tchèque (RRTV) pour favoritisme à l’avantage du chef de l’Etat Miloš Zeman, candidat à sa propre succession à la présidentielle organisée ce mois-ci, est en progression constante. L’an passé, Barrandov a rassemblé en moyenne 8,66 % des téléspectateurs, soit 1,5 point de plus qu’en 2016 et 3 points de plus qu’en 2015.

Sur le long terme, l’audience de Nova s’effrite cependant. Elle rassemblait la moitié des téléspectateurs dans les années 1990. La Télévision publique tchèque se maintient et les autres groupes progressent lentement. Le site Médiář.cz remarque que les chaînes thématiques ont tendance à se développer au dépend des généralistes.