La Tchéquie peine à utiliser l’argent européen

La République tchèque a reçu moins d’argent européen au premier semestre 2017 que sur la même période les années précédentes. D’après les données fournies par le ministère des Finances, le pays reste toutefois un bénéficiaire net des fonds européens puisque, pour les six premiers mois de l’année, il a reçu 16,7 milliards d’euros de plus que le montant de sa contribution au budget européen.

Photo: Commission européennePhoto: Commission européenne La baisse de l’argent reçu par Prague a plusieurs explications. Pour commencer, le gouvernement a mis les bouchées doubles ces dernières années pour utiliser les ressources qui étaient mises à sa disposition dans le cadre des programmes opérationnels de l’UE pour la période 2007-2013. Paradoxalement, l’effort mis en œuvre pour améliorer et optimiser la gestion des fonds européens peine à se concrétiser pour la nouvelle période 2014-2020.

Aussi, les Tchèques ont éprouvé des difficultés durant ce premier semestre à sélectionner et à valider des projets éligibles pour bénéficier de l’argent de l’UE. Enfin, le constat s’expliquerait aussi par la baisse des investissements publics en Tchéquie, qui s’accompagnent bien souvent d’un cofinancement européen.

Le résultat, c’est que, en six mois, Prague n’a réussi à mobiliser que 1,5% du total de l’argent mis à sa disposition pour toute la période. C’est un piètre résultat au regard des performances des pays de la région au profil similaire, qui eux progressent dans l’utilisation des fonds européens. Ce chiffre est ainsi de 4,2% pour la Hongrie, de 4,1% pour la Pologne et de 3,5% pour la Slovaquie.

De la même façon, la Tchéquie fait moins que ces pays quand il s’agit de savoir à quoi exactement l’argent européen sera utilisé. Prague n’a en effet de certitudes que pour 14% de la somme totale qui lui est allouée, contre 50% pour Budapest, 22% pour Varsovie et 20% pour Bratislava.