La Poste tchèque face au manque de main d’œuvre

La Poste tchèque rencontre des difficultés à recruter des salariés. La société peine à pourvoir des postes de guichetiers et de facteurs avec pour conséquence des difficultés dans certaines communes à acheminer le courrier. Un récent reportage de la Télévision publique tchèque fait la lumière sur ce problème, qui n’est pas nouveau en République tchèque.

Photo illustrative: Filip Jandourek, ČRoPhoto illustrative: Filip Jandourek, ČRo Il faut dire que la Poste tchèque n’est pas la seule entreprise à être impactée par le manque de main d’œuvre. Le taux de chômage est en effet descendu à 3,5 % au mois de mars, un niveau historiquement bas, l’un des plus faibles en Europe. Seulement, pour un service tel que la Poste, cette situation peut entraîner des conséquences réellement fâcheuses pour les usagers.

Ainsi, dans certaines municipalités, certains habitants ne reçoivent pas à temps leurs factures et s’exposent à des complications bien inutilement, simplement parce que le service postal ne peut être assuré dans de bonnes conditions.

D’après František Lukl, le président de l’Association des villes et villages de République tchèque, il s’agirait d’un problème systémique. Pour cet homme politique membre du conseil de surveillance de la Poste tchèque, il faut que le gouvernement s’empare de la question. Il souhaite notamment un engagement pour garantir le niveau de salaires des salariés de la société, déjà relativement faibles, afin de ne pas décourager ceux qui souhaiteraient postuler à un poste en son sein.

Les syndicats se plaignent également de la situation. A la mi-mars, ils ont remis une pétition au Premier ministre du gouvernement démissionnaire Andrej Babiš. Dans son règlement, la Poste tchèque se doit d’assurer les services postaux fondamentaux du pays Or, ceux-ci ont un coût important, qui pèse sur le budget de l’entreprise, et l’Etat tchèque, selon les syndicats, apportent une contribution financière bien trop faible.

« Ce sont les employés qui ressentent les effets de ce manque d’argent, en exerçant leur profession pour de faibles salaires dans de mauvaises conditions de travail », explique Jindřiška Budweiserová, la présidente de l’un des principaux syndicats de la Poste tchèque.