Économie/Commerce La bière en bonne santé

09-01-2009 15:11 | David Alon

Quelles nouvelles du marché de la bière en République tchèque ? C’est la question que nous nous poserons aujourd’hui après une année 2008 forte en événements, entre fusions et chiffres records de production. La bière est-elle à l’abri des remouds actuels de l’économie ?

Télécharger: MP3

La crise économique ne semble pas avoir encore affecté les ventes de bière en République tchèque mais une baisse de la fréquentation touristique en 2009 pourrait voir impactés bars et auberges du centre de Prague.

Il n’en reste pas moins que les deux années précédentes ont été des années fastes pour la bière tchèque. La production a augmenté au cours du premier semestre 2008 et, pour ne prendre qu’un exemple, en 2007, la brasserie Budvar a augmenté ses ventes de 9% et son profit annuel de 13%.

Le seul impact potentiel de l’actuelle crise se situerait en fait au niveau des crédits immobiliers. En effet, outre la vente de bière, les activités des grands groupes de brasserie comporte parfois des activités annexes, comme par exemple la constitution, pour leurs clients, de garanties bancaires pour les loyers de leurs établissements.

Mais la chute brutale des ventes de bière au Royaume-Uni montre que la crise peut impacter un secteur qui paraît à priori totalement à l’abri. Une activité, qui à Prague, est pourvoyeuse d’emploi et pas seulement pour les brasseries.

Dans le Business Park de Chodov, à Prague, sont installés les services partagés de plusieurs grandes entreprises étrangères. C’est ici que la société Inbev, groupe belge de brasserie et l’un des leaders dans ce secteur dans le monde, traite une partie de ses tâches administratrives et financières. Ici travaillent environ 250 employés tchèques et européens et la crise n’a, pour l’instant, pas encore tari les recrutements.

Parmi ses 200 marques, qui comptent Stella Artois ou encore Beck’s, Inbev vend la célèbre Staropramen, passé dans le giron du groupe en 2000. Depuis, chaque employé dispose, outre des Vouchers pour la bière, d’une visite de l’usine Staropramen à Smichov. Staropramen représente 15% du marché tchèque, soit le plus gros marché du pays, avec ses branches régionales : Branik ou encore Ostravar…. D’une manière générale, la brasserie tchèque attire fortement les investisseurs étrangers puisque de son côté, le groupe hollandais Heineken avait acquis, au début 2008, le groupe de brasseries et de distilleries tchèque Drinks Union, qui regroupe les brasseries Krásné et Velké Březno, Louny et Kutná Hora ainsi que la distillerie Granette.

Si le volume des ventes de bière a, comme ailleurs, légèrement baissé depuis quelques années, ce n’est pas tant dû à la crise qu‘à un phénomène de plus long terme, qui voit une certaine baisse de la consommation de bière en Europe. Un phénomène également observable pour le vin en France. Comme nous le précise l’un des managers de la société, on privilégie désormais la qualité plutôt que la quantité.

Et surtout, on conserve une stricte segmentation des marchés : certaines marques sont destinées à une clientèle aisée et d’autres à des portefeuilles plus modestes. Une stratégie marketing qui a prouvé son efficacité et qui conditionne l’image de chaque produit.

Les deux grands brasseurs Anheuser-Busch et InBev ont fusionné en juillet dernier, faisant d‘Anheuser-Buschet InBev l’un des leaders de la brasserie dans le monde, avec quelques 120 000 employés dans 30 pays. Une fusion, qui a donné un coup d’accélérateur à un vieux contentieux entre Budvar et Anheuser-Busch. Le groupe a d’ailleurs longtemps été intéressé par l’acquisition de Budvar mais son intérêt s’est émoussé depuis la fusion avec Inbev, cette dernière disposant déjà d’un nombre considérable de filiales en Europe.

Le 16 décembre dernier, la Cour de Première instance au Luxembourg a rejeté la décision du Bureau pour l’Harmonisation du Marché Interne (OHIM), qui autorisait l’enregistrement de la marque BUD sur le groupe Anheuser-Busch. Dans le passé, Budweiser Budvar s’était déjà opposé à cette orientation. Entre 2000 et 2007, il y a eu ainsi pas moins d’une centaine de poursuites judiciaires et de procédures admnistratives contestées par Budvar.

Partager

à découvrir

Articles correspondants

En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français