La Banque centrale décide d’une nouvelle hausse de ses taux directeurs

La Banque nationale tchèque (ČNB) a annoncé ce jeudi une nouvelle augmentation de ses taux directeurs. Elle avait déjà procédé ainsi en août dernier, pour la première fois depuis 2008. La décision de l’institution monétaire tchèque devrait conduire à une augmentation des taux des crédits immobiliers et des emprunts, mais aussi à un renforcement de la couronne tchèque.

Photo illustrative: Barbora NěmcováPhoto illustrative: Barbora Němcová Les taux directeurs d’une banque centrale définissent les taux d’intérêts auxquels les banques commerciales peuvent se financer auprès d’elle. Il s’agit donc d’un outil qui permet indirectement d’impacter sur le niveau des crédits des entreprises et des particuliers et donc de réguler l’activité économique.

Ce jeudi, le Conseil bancaire de la Banque centrale a décidé d’utiliser cet outil. Il a annoncé la hausse de 0,25 point de son taux principal, désormais, à 0,5 %. Le taux lombard, celui pour les prêts à court terme, passe lui de 0,5 % à 1 %, et le taux d’escompte reste pour sa part inchangé, à 0,05%.

Il s’agirait par ce biais de contrôler l’inflation et notamment de limiter la hausse du prix des biens immobiliers. Pour Jiří Rusnok, le gouverneur de la Banque centrale, la bonne santé de l’économie tchèque, qui croît à un rythme soutenu, permet à son institution d’utiliser sans risque cet outil des taux directeurs. Et il n’exclut pas d’y avoir à nouveau recours à l’avenir : « Lors de la réunion de ce jeudi, il est apparu qu’il n’y a aucun obstacle qui nous empêcherait d’agir sur les taux directeurs à chaque session monétaire. Si la situation l’exige, il pourrait y avoir une nouvelle augmentation de ces taux lors d’une prochaine session ».

Pour les particuliers, la hausse des taux directeurs devraient avoir plusieurs conséquences. Les taux d’intérêts pour leurs emprunts, et notamment pour les crédits immobiliers, devraient connaître une augmentation mesurée et progressive. Le pouvoir d’achat des ménages pourrait quant à lui profiter de la nouvelle donne puisque la couronne tchèque devrait se renforcer. C’est d’ailleurs ce qu’elle a fait suite à l’annonce de la décision de la ČNB. Jeudi en fin de journée, il fallait 25,51 couronnes pour obtenir un euro. La devise nationale tchèque n’a jamais été aussi forte depuis 2013.