Huit stations-service à hydrogène en Tchéquie d’ici 2023

Une seule station de recharge pour voiture à hydrogène est ouverte en République tchèque, dans la ville de Neratovice (Bohême centrale). Le ministère des Transports entend subventionner la mise en place d’autres installations de ce type : six à huit stations hydrogène pourraient être inaugurées sur le territoire tchèque d’ici 2023 et trois à quatre nouvelles stations de recharge devraient être déployées à l’horizon 2025.

La station-service à hydrogène, photo: ČTKLa station-service à hydrogène, photo: ČTK Faute d’infrastructures, les voitures à hydrogène ne sont pour l’instant pas vendues en République tchèque. Leur déploiement pourrait être subventionné par l’Union européenne et le ministère des Transports.

La notion de véhicule à hydrogène désigne tout moyen de transport qui utilise une transformation chimique de l'hydrogène, gaz non polluant, comme énergie de propulsion. Les voitures de ce type sont silencieuses et écologiques. Elles peuvent se recharger en moins de cinq minutes pour plus de 500 km d'autonomie.

« En République tchèque aussi, nous étudions le potentiel de l’hydrogène. Il pourrait par exemple être fabriqué en tant que produit secondaire des usines chimiques. Il pourrait aussi être produit à partir de déchets ou de déchets biodégradables, » a déclaré Martin Peleška, directeur de la filiale tchèque de Toyota et membre d’un groupe de travail chargé, par le gouvernement tchèque, de ces nouvelles applications de l’hydrogène.

C’est justement le constructeur Toyota qui a lancé en décembre 2014 au Japon sa première voiture à l'hydrogène destinée au grand public et baptisée « Mirai », qui signifie « futur » en japonais. Depuis quatre ans, La Toyota Mirai s’est vendue à 4000 exemplaires. Le modèle est un véritable succès en Californie où il vient de franchir en janvier 2018 le cap des 3 000 immatriculations.

Les constructeurs Hyundai et Honda ont également commercialisé des modèles fonctionnant à l’hydrogène.