Froid : la consommation de gaz a augmenté d’un tiers

Les nuits glaciales de ces derniers jours, où les températures peuvent descendre jusqu’à -20 ºC, ont fait bondir la consommation de gaz dans les foyers de République tchèque. D’après les fournisseurs de gaz du pays, les températures sont 8 ºC en-dessous de la moyenne habituelle pour un mois de février. La consommation de gaz a ainsi augmenté d’un tiers par rapport à la normale. Et le prix du gaz fourni à l’Europe par la société russe Gazprom accuse également une hausse.

Photo: Skitterphoto / CC0 / PixabayPhoto: Skitterphoto / CC0 / Pixabay « Ces derniers jours, la consommation de gaz en République tchèque est de 25 à 30 % supérieure à ce qui est habituel en février. La consommation journalière de gaz naturel oscille entre 45 et 50 millions de mètres cubes. Environ la moitié de cette quantité journalière est extraite de réserves souterraines, » explique Martin Chalupský, le porte-parole de la société innogy, fournisseur de gaz naturel.

La vague de froid glacial va de pair en Europe avec une augmentation de la demande en gaz venant de Russie. La société russe Gazprom, détenue par l’Etat, a ainsi fait état d’une quantité record d’exportation de gaz, au cours de ces derniers jours.

« Les records d’exportation de gaz naturel sont liés à la demande croissante sur le marché. Mais on peut constater qu’en République tchèque le système de transport et de distribution de gaz parvient à maîtriser cette consommation accrue, sans difficultés, » note le directeur exécutif de l’Union tchèque du gaz, Jan Ruml.

Mais la hausse de la consommation s’accompagne d’une augmentation du prix du gaz. D’après le site iDnes.cz, la valeur de 1 000 mètres cubes de gaz chez le fournisseur autrichien Baumgarten représentait lundi 290 euros, alors qu’au début du mois, ils ne coûtaient que 187 euros. Mais cette fluctuation des prix de ne devrait être que temporaire. Certains fournisseurs qui n’ont pas de réserves sont obligés de racheter du gaz pour leurs clients.

Les consommateurs ne devraient a priori pas trop ressentir les effets de cette hausse des prix dans la mesure où le reste de la période hivernale a été relativement doux.