Fin des quotas européens du sucre

A compter du 1er octobre prochain, il n’y aura plus de quotas européens de production ni d’exportation du sucre. Un changement attendu avec impatience par les sucreries tchèques.

Photo: Editor et Large, CC BY-SA 2.5Photo: Editor et Large, CC BY-SA 2.5 Avec un excédent mondial de sucre prévu pour 2017-2018, la concurrence sera rude pour le sucre européen, qui compte pourtant se refaire une belle place sur le marché mondial, à partir d’octobre prochain. En effet, le 1er octobre sonnera la fin du système de limitation de la production et de garantie des prix du sucre, système mis en place en 1968 qui limitait à 13,5 millions de tonnes la production répartie à l'époque entre 19 Etats membres.

Les sucreries tchèques se réjouissent de cette démarche et espèrent développer leurs activités. D’autant plus que 2016 a été une année record dans le secteur sucrier tchèque : la production qui s’est élevée à 620 000 tonnes de sucre de betterave a été la plus importante depuis trente ans.

Les sept sucreries qui se trouvent actuellement sur le territoire tchèque assurent le même volume de production que les 53 usines de production de sucre qui existaient dans le pays en 1989. En revanche, le rendement des betteraves, quant à lui, a doublé sur cette même période (augmentation de 35 tonnes/hectare en 1989 à 75 tonnes/hectare actuellement).