Evasion fiscale : toujours moins de sociétés tchèques liées à des paradis fiscaux

Depuis cinq ans, le nombre d’entreprises tchèques ayant leur siège enregistré dans un pays considéré comme un paradis fiscal n’a jamais été aussi faible. D’après le rapport annuel réalisé par la société Bisnode sur le sujet, elles étaient tout de même 13 031 en 2017, en baisse de 154 unités…

Les Seychelles, photo: Hansueli Krapf, CC BY-SA 2.5Les Seychelles, photo: Hansueli Krapf, CC BY-SA 2.5 Après les Panama Papers en 2016, l’année passée a à son tour été marquée par un scandale, celui des Paradise Papers, dévoilé en novembre dernier. Il ne s’agissait plus de mettre au jour les pratiques illégales d’évasion fiscale, mais celles à la frontière de la légalité, qui consistent à « optimiser » son paiement des impôts, pour y échapper le plus possible. 12 000 de ces documents avaient un lien avec la République tchèque.

Selon l’entreprise Bisnode, qui, depuis plus de dix ans, publie un rapport chaque année sur ces firmes tchèques qui choisissent de contourner l’impôt en République tchèque en établissant leur siège dans des pays où la fiscalité est très faible, la pratique aurait tendance à reculer ces dernières années. « L’intérêt des entrepreneurs pour les paradis fiscaux a atteint un pic en 2015 et il baisse depuis lors », commente Petra Štěpánová, analyste pour Bisnode.

Dans les deux tiers des 22 pays suivis par la société, le nombre d’entreprises tchèques enregistrées a d’ailleurs baissé. Elles reculent notamment aux Pays-Bas, la destination fiscale la plus prisée des compagnies tchèques. Même constat pour le Luxembourg, qu’affectionnent toujours beaucoup les sociétés de République tchèque. Les Seychelles enregistrent également une baisse importante.

D’autres destinations tirent cependant leur épingle du jeu. C’est le cas de Chypre, des Emirats arabes unis ou bien encore de Hong-Kong, où la hausse est spectaculaire depuis 2015.

Au total, 2,7 % des firmes tchèques restaient en 2017 contrôlées par des propriétaires domiciliés dans des paradis fiscaux.