Dévaluation de la couronne : un gain de 400 milliards de couronnes selon les exportateurs tchèques

L’Association des exportateurs estime que la politique de dévaluation de la couronne menée par la Banque nationale tchèque (ČNB) depuis novembre 2013 aurait permis aux entreprises exportatrices tchèques d’enregistrer un gain de 400 milliards de couronnes, près de 15 milliards d’euros, en termes de chiffre d’affaires, de bénéfice et de valeur ajoutée. Selon eux, cette politique, critiquée par le chef d’Etat Miloš Zeman, aurait même sorti 25 000 personnes du chômage.

Photo: Štěpánka BudkováPhoto: Štěpánka Budková Tout le monde a des raisons d’être satisfait d’après l’Association des exportateurs. Son vice-président Otto Daňka indique en effet que ce renforcement de l’activité s’est traduit par une meilleure rentrée d’argent pour l’Etat en ce qui concerne l’impôt et les cotisations patronales et salariales alimentant le système de sécurité sociale. Il chiffre le gain pour les caisses de l’Etat à 9 milliards de couronnes, environ 330 millions d’euros, pour l’année 2014.

Otto Daňka se félicite également de la moindre volatilité du cours de la couronne depuis sa dévaluation. La variation du cours de la couronne par rapport à l’euro l’an dernier a diminué à 2,5%, là elle atteignait de 8 à 9%. Grâce à cette relative stabilité, « nous savons ce que nous recevons pour un euro », souligne-t-il. Aussi, depuis la dévaluation, le solde du commerce extérieur de la République tchèque est passé de 30 à 35 milliards de couronne.

La Banque centrale a fait savoir qu’elle poursuivrait sa politique au moins jusqu’à la mi-2016. L’Association des exportateurs estime que la couronne tchèque se renforcera ensuite face à l’euro et craint un scénario similaire à celui qu’a connu la Suisse en début d’année. Le franc suisse s’est renforcé de 30% par rapport à l’euro quand la Banque nationale suisse a décidé de mettre fin au cours plancher entre les deux monnaies.