Comme ailleurs en Europe, l'Etat tchèque veut désormais réguler les locations Airbnb

Sur le modèle d'autres pays européens, la République tchèque souhaite également davantage réguler les locations Airbnb à partir de cet été. D'après un communiqué du gouvernement, ces nouvelles régulations devraient être clarifiées d'ici trois ou quatre mois. En Europe, des villes comme Berlin, Amsterdam, Paris ou Londres ont déjà procédé à des limitations aux hébergements via le site de location en ligne Airbnb.

Photo: Open Grid Scheduler / Grid Engine, CC0 1.0Photo: Open Grid Scheduler / Grid Engine, CC0 1.0 Limiter le nombre de nuits de locations annuelles a pour objectif de prévenir les abus. Cette régulation vise essentiellement ceux qui utilise la plateforme Airbnb pour en faire du commerce massif, tout en permettant aux personnes qui souhaitent arrondir leur fin de mois de louant leur logement. De nombreuses métropoles européennes ont déjà instauré des plafons pouvant aller de 30 à 120 nuitées maximum.

Prague est, à cet égard, une des destinations les plus populaires sur Airbnb. A titre d'exemple, quelques 2,2 millions de touristes ont trouvé de quoi se loger à Prague par l’intermédiaire d’Airbnb rien qu'entre janvier et septembre 2016, selon les statistiques de l’agence CzechTourism.

Pour l'heure, le cadre de cette réglementation est en cours de préparation. « A l'heure actuelle, nous préparons une synthèse comprenant l'ensemble des informations fournies par les différents ministères sur le thème de l'économie collaborative. Dans le même temps, nous allons présenter au gouvernement dans les mois qui viennent une feuille de route des objectifs à atteindre afin que les questions liées à l'économie collaborative puisse être intégrées à la législation, » a fait savoir le coordinateur du dossier numérique et adjoint au ministre de l'Industrie Ondřej Malý.

Le résultat de ces travaux devraient être un cadre législatif que les communes et les villes pourraient utiliser en fonction de leurs besoins. « Permettre aux villes et aux communes de limiter les locations de courte durée à un certain nombre de jours par an est une des dispositions proposées par notre analyse. Les municipalités ont souvent une meilleure connaissance du taux d'occupation touristique dans la zone qu'elles administrent. Désormais, nous devons encore discuter avec les différents ministères du projet final, » a-t-il ajouté.

La société Airbnb a fait savoir, par l'intermédiaire de sa porte-parole en République tchèque, qu'elle accueillait positivement un projet de régulation intelligente et qu'elle était prête à coopérer avec les autorités.