Bruxelles critique l’absence des personnes handicapées et en situation de précarité sur le marché du travail

Dans son analyse annuelle de la situation économique et sociale dans les États membres, publiée mercredi dernier, la Commission européenne constate que la République tchèque est en bonne condition qui lui permet de trouver des solutions efficaces à certains problèmes structurels.

Photo illustrative: Commission européennePhoto illustrative: Commission européenne Parmi les problèmes mentionnés par Bruxelles figurent notamment les prix excessif des logements qui, depuis 2013, augmentent plus rapidement que le salaire nominal, notamment à Prague, une des villes en Europe centrale où accéder à la propriété d’un appartement neuf est le plus difficile (cf. http://www.radio.cz/fr/rubrique/economie/logement-les-prix-des-appartements-neufs-a-prague-continueront-a-augmenter). A long terme, Bruxelles recommande à la République tchèque de veiller à la bonne santé de ses comptes publics et à son système fiscal durable et efficace. La Commission considère que cela est important en lien avec le vieillissement de la population tchèque qui va avoir un impact sur les budgets consacrés aux retraites et à la santé.

Par ailleurs, Bruxelles mentionne le fait qu’en dépit d’un nombre très élevé de postes vacants du le marché du travail, certains groupes sociaux, à savoir des personnes handicapées ou en situation de précarité y sont peu représentés. Aussi, la Commission a pointé du doigt les faibles revenus des enseignants tchèques, ainsi que des progrès insuffisants en termes d’inclusion scolaire des enfants rom notamment.

Finalement, la Commission européenne constate que certaines régions tchèques enregistrent un nombre grandissant de personnes vulnérables confrontées au risque d’exclusion sociale, et ce malgré le fait que la République tchèque fasse partie des pays les moins touchées par la pauvreté. Toutefois, de plus en plus de Tchèques se trouvent en situation de pauvreté suite à l’endettement ou parce qu’ils n’ont pas l’accès au logement, indique la Commission dans son rapport.