Wabi Daněk, le pape de la musique « tramp »

Portrait, dans cette nouvelle rubrique musicale, du chanteur Wabi Daněk, considéré comme un des grands noms de la chanson folk, et même « tramp » en République tchèque.

Wabi Daněk, photo: Palickap, CC BY-SA 4.0 InternationalWabi Daněk, photo: Palickap, CC BY-SA 4.0 International S’il est un phénomène typiquement tchèque, c’est bel et bien le « tramping ». Né au début du XXe siècle, le « tramping » est un mode de vie à l’origine adopté par les jeunes gens qui, s’ennuyant à la ville, recherchent un sens plus profond à leur existence en se réfugiant dans la nature, en vivant « à l’américaine ». Ces communautés de « tramps » se retrouvent, comme jadis les colons du Far West, dans des « osady », des colonies créées en forêt, souvent le long d’une rivière, composées de petites maisons en bois où l’on vient en famille, entre amis, passer ses vacances ou ses week-ends.

Saucisses, feu de camp, guitare sont de la partie pendant les soirées « tramp » et le phénomène est indisociable de ses chansons, dont les thèmes s’inspirent de la nature et de la liberté. Il va donc de soi que le « tramping » a connu un véritable regain d’intérêt sous le communisme, puisqu’il est vu comme une bulle de liberté et une alternative à la grisaille socialiste.

De nombreux groupes ou chanteurs composent des chansons et musiques « tramp ». Mais c’est Wabi Daněk qui en est une des figures les plus marquantes de cette musique country-folk.

Photo: SupraphonPhoto: Supraphon Né en 1947, à Zlín en Moravie, la ville de Baťa, il grandit au son des chansons scouts et tramps de ses parents et leurs amis, tous anciens scouts, mais interdits de pratiquer par le régime communiste. Après un apprentissage en serrurerie et son service militaire, il déménage près de la ville de Karlovy Vary, à l’ouest du pays, où il rencontre le groupe de musique Plížáci avec laquelle il participe à un concours de chansons tramps et folk. De retour à Zlín, rebaptisée Gottwaldov, il devient membre du groupe Rosa, pour lequel il compose un de ses tubes, Rosa na kolejích (De la rosée sur les rails), qui devient un des hymnes tramps de l’après-guerre.

Depuis le début des années 1980, d’auteur tramp, Wabi Daněk est devenu aussi chanteur tramp et il vit depuis de sa musique. Si le phénomène du « tramping » n’est peut-être plus aussi développé que sous le régime communiste, où il était devenu une forme de protestation silencieuse, de nombreux Tchèques continuent toutefois de se rendre dans les colonies « tramp » pour échapper aujourd’hui à la vie moderne. Et les chansons de Wabi Daněk continuent d’être entonnées par les amateurs de « tramping » et de chansons à textes de tout poil.