Pavel Šporcl, le virtuose au violon « bleu »

À la fois violoniste et compositeur, Pavel Šporcl a acquis depuis plus d’une quinzaine d’années une renommée internationale sur la scène de la musique classique. Il fait montre de sa virtuosité sur différentes scènes du monde entier, que ce soit au Japon, en Chine, en France ou en Turquie. Adoptant une attitude toujours très décontractée, en portant notamment un bandana de pirate, il a réussi le pari de faire découvrir les compositeurs classiques à la jeune génération.

Application, zèle, talent et des années de travail acharné qui ont fini par payer

Pavel Šporcl avec Romano Stilo, photo: Kristýna MakováPavel Šporcl avec Romano Stilo, photo: Kristýna Maková C’est à l’âge de cinq ans seulement que Pavel Šporcl découvre le violon, un instrument qu’il ne quittera plus. Il intègre tout d’abord le Conservatoire de Prague puis l’Académie des Arts (AMU), pour partir par la suite aux Etats-Unis (à Dallas et à New York, à la Juilliard School et au Brooklyn College) étudier le violon auprès de musiciens de renom comme Dorothy DeLay, Masao Kawasaki ou Itzhak Perlman.

Après avoir inauguré le concert d’ouverture de la saison 2001-2002 de la Philharmonie tchèque dirigé par le Russe Vladimir Askhenazy au Rudofinum à Prague, Pavel Šporcl récolte les ovations non seulement du public mais aussi de la critique qui le qualifie de « talent qui ne voit le jour peut-être qu’une fois par siècle ». Depuis, il a joué aux côtés de dizaines d’orchestres de renom, tels que l’Orchestre philharmonique royal de Liverpool, l’Orchestre national de France, l’Orchestre symphonique métropolitain de Tokyo ou encore l’Orchestre de Paris.

Photo: SuprahonPhoto: Suprahon Ayant à son compte déjà quinze albums vendus à plus de 200 000 exemplaires, les morceaux que nous sommes en train d’écouter sont issus de deux d’entre eux : « Dvořák & Suk – Violin works » de 2006, et un de ses derniers albums « My violin legends », paru en 2013. C’est d’ailleurs sur cet album, que Pavel Šporcl a réuni des morceaux composés par les plus grands violonistes tchèques du XIXe et du XXe siècle, comme Jan Kubelík (père du célèbre chef d’orchestre Rafael Kubelík) ou aussi Jaroslav Kocian, élève d’Antonín Dvořák. Sur ces deux albums, il est accompagné du pianiste Petr Jiříkovský, membre du Trio Martinů. Et faisons remarquer que depuis une dizaine d’années, Pavel Šporcl joue sur un violon bleu, qu’il s’est fait spécialement fabriquer par Jan Špidlen, membre de la quatrième génération de la plus célèbre famille pragoise de luthiers.

Le diable du violon au grand cœur

Détenteur de nombreuses récompenses comme le Prix de la compagnie de Bohuslav Martinů ou celui de la compétition internationale du Printemps de Prague, Pavel Šporcl a notamment été décoré en 2015 de la Médaille du mérite, une des distinctions honorifiques de l’Etat tchèque, et ce dans le domaine des Arts. Pavel Šporcl aime également abolir les frontières entre les différents genres musicaux, comme le prouve le projet Gipsy Way réalisé avec le groupe de musique rom de cymbalum, Romano Stilo, avec lequel il a sorti un album en 2008 puis un DVD en 2010, et s’est présenté sur scène à plus de 250 reprises, notamment en Chine. Un autre exemple est également l’album Sporcelain de 2011, qui est un de ses premiers albums pop-crossover.

La musique n’est néanmoins pas le seul domaine auquel s’adonne Pavel Šporcl. Il soutient non seulement le « Centre des familles d’accueil » (Centrum pěstounských rodin), mais il est également à la tête de l’association « SOS villages d’enfants » (SOS dětské vesničky) et d’APLA, une association qui aide les personnes atteintes d’autisme.

Photo: SupraphonPhoto: Supraphon Entre octobre et décembre derniers, Pavel Šporcl a réalisé une tournée en République tchèque, pour présenter son dernier album « Bach : Sonates et partitas pour violon » (Album Bach: Sonáty a partity), un défi de taille que le violoniste a relevé, sachant que les morceaux de Bach font partie des plus difficiles. Au début de l’année, il a obtenu pour cet album un disque de platine, qui s’ajoute à d’autres disques de platine reçus pour pratiquement tous ses albums.

Pour les mélomanes qui souhaiteraient voir très prochainement Pavel Šporcl sur scène, il se produira le 22 mars à Prague sur la Place de la Vieille-ville, dans le cadre de la Journée de l’eau organisée par l’Unicef, mais aussi le 5 avril à Limoges, au Centre Culturel Jean Gagnant. Habitué des scènes internationales, il passera également au mois d’avril à Ankara, en Turquie. Pour plus d’informations, rendez-vous sur son site internet www.pavelsporcl.com

Précisons qu’à la mi-février, Pavel Šporcl s’est produit pour la première fois de sa carrière sur la scène du célébrissime Carnegie Hall new-yorkais, où il était accompagné de l’Orchestre symphonique de Nouvelle-Angleterre ; une prestation qui lui a valu un tonnerre d’applaudissements, preuve que le violoniste tchèque détient désormais indubitablement sa place parmi les meilleurs.