Les chansons qui ont bercé les Tchèques

Nous pouvons sans aucun doute affirmer que tous les Tchèques connaissent depuis leur plus tendre enfance les chansons que vous entendrez aujourd’hui. Car tous ont vu bien des fois les adaptations de contes dont elles constituent la bande originale, et leurs mélodies les accompagneront probablement toute leur vie.

'Šíleně smutná princezna', photo: ČT'Šíleně smutná princezna', photo: ČT La production cinématographique tchèque accorde traditionnellement une part très importante aux adaptations de contes et aux films pour enfants. Certains de ces films ont même obtenu une renommée mondiale : chaque année, à Noël, « Tři oříšky pro Popelku » – « Trois noisettes pour Cendrillon » est au programme des chaînes de télévision dans de nombreux pays européens. Le fait que des stars de la chanson interprètent certaines de chansons de ces films prouve d’ailleurs qu’il ne s’agit nullement d’une production de second choix. On peut par exemple entendre la voix de Karel Gott aussi bien dans « Tři oříšky pro Popelku » – « Trois noisettes pour Cendrillon » que dans « Příběhy z mechu a kapradí » – « Histoires de la mousse et des fougères ».

Le plus célèbre des films musicaux mettant en scène un conte est certainement « Šíleně smutná princezna » – « La princesse terriblement triste », sorti en 1968. Les deux rôles principaux sont joués par deux chanteurs très populaires, Helena Vondráčková a Václav Neckář. Des années plus tard, le chanteur Tomáš Klus a suivi leur exemple dans le film « Tři bratři » – « Les trois frères », où il joue – et chante – l’un des rôles principaux.