La harpiste Jana Boušková joue Ma Patrie de Smetana

Harpiste tchèque la plus connue, Jana Boušková a présenté à Prague, à Brno et dans quatre autres villes du pays son récital dédié aux grands compositeurs nationaux Bedřich Smetana, Antonín Dvořák et Josef Suk. Jana Boušková a interprété leurs œuvres pour harpe ou bien leurs œuvres adaptées pour cet instrument, certaines compositions étant revisitées par Jana Boušková en personne. Il s’agit notamment des poèmes symphoniques Vyšehrad et Šárka, qui font partie du célèbre cycle Ma Patrie de Bedřich Smetana et que Jana Boušková avait déjà présentés cette année, en première mondiale, au festival de musique de Litomyšl.

Jana Boušková, photo: Tomáš Vodňanský, ČRoJana Boušková, photo: Tomáš Vodňanský, ČRo Née en 1970, Jana Boušková étudie au Conservatoire de Prague. Fille elle-même d’une virtuose de la harpe, elle poursuit sa formation dans la classe de sa mère Libuše Váchalová à l’Université d’Ostrava. Dans un entretien que Jana Boušková a accordé en 2016 à Radio Prague, elle s’est souvenue de cet enseignement :

« Nous avons une très belle relation avec ma mère et j’ai été heureuse de pouvoir être formée par elle. En fait, je n’avais jamais de leçons ‘classiques’, à la maison, je répétais tous le temps et ma mère me lançait depuis la cuisine : ‘Tu ne joues pas bien, encore une fois ! Plus doucement ! Arrête-toi là !’ Elle était plus stricte et exigeante avec moi qu’avec ses autres élèves. Aujourd’hui, je lui suis très reconnaissante. »

Lauréate de prix et concours prestigieux, Jana Boušková est régulièrement invitée sur les grandes scènes mondiales. Une vingtaine de concertos pour harpe, ainsi que des œuvres en solo d’une trentaine de compositeurs figurent à son répertoire, dont des morceaux qui ont été composés pour elle sur mesure. Elle-même enseigne au Conservatoire Royal de Bruxelles et à l’Ecole supérieure de musique de Prague, la HAMU. Pour sa part, Jana Boušková se veut être une ambassadrice de ce qu’elle appelle « l’école tchèque de la harpe », une école qui prend ses origines aux XVIIIe et XIXe siècles. On l’écoute interpréter des extraits des sonates de Jan Ladislav Dusík, un compositeur de la deuxième moitié du XVIIIe siècle qui représente cette tradition tchèque de la harpe.