Un nouveau rendez-vous avec les lettres des auditeurs de Radio Prague

Les minutes suivantes seront réservées à la citation de quelques-unes des lettres que nous avons reçues au cours du mois écoulé.

« L’information est toujours très riche en République tchèque en cette fin d’année… et pleine d’incertitudes. Et Radio Prague la commente avec une rigueur qui l’honore. » C’est ce que nous a signalé en introduction de sa longue lettre Jean-Michel Aubier dans laquelle il commente, comme il aime le faire, les événements qui marquent l’actualité politique tchèque. En voici un extrait :

« Après la victoire d’Andrej Babiš, je prends acte des déclarations de Martin Stropnický sur la coopération européenne. Je veux bien croire que, regardant la République tchèque de l’extérieur, mon analyse est probablement faussée, mais, je le répète, le résultat des élections n’est pas pour moi un bon signal pour l’Europe. J’ai du mal à comprendre cette psychose des migrants dans un pays où justement, on n’en quelques dizaines au plus. Mais il n’y a pas que les migrants qui semblent indésirables. Les gouvernements ont sans doute une bonne part de responsabilité alors que la République tchèque se voit accusée de pratiques discriminatoires et du non-respect de la directive européenne sur l’égalité raciale, notamment envers les Roms. Le site aktuálně.cz remarquait à juste titre que la modification de la Constitution pour permettre un référendum d’initiative populaire n’était pas souhaitable ‘tant que la société ne sera pas remise de sa contamination par la désinformation’. Photo illustrative: European People’s Party, CC BY 2.0Photo illustrative: European People’s Party, CC BY 2.0 Il notait la facilité avec laquelle on diffuse aujourd’hui des fausses nouvelles, les fameuses fake-news. On touche ici un véritable problème, celui de la multiplication à outrance des médias, sur la toile notamment. Vos confrères de Radio Roumanie Internationale ont interrogé leurs auditeurs sur la confiance qu’ils accordaient aux médias. Sans surprise, ce genre de presse ne suscite que méfiance alors que paradoxalement, le public s’en abreuve au détriment des médias dits classiques en lesquels de plus en plus de personnes n’ont plus confiance. »

Notre auditeur français a également réagi à certaines choses qu’il a entendues sur nos ondes. Pour lui, les propos de Veronika Bílková, de l’Institut des relations internationales, comparant Donald Trump avec Emmanuel Macron en les réunissant sous une bannière populiste, seraient d’après lui « assez caricaturaux ». Rappelons que cet entretien a été diffusé le 21 novembre dans le contexte d’une émission consacrée à l’évaluation de la recomposition de la scène politique tchèque suite aux résultats des élections législatives. La politologue citée y parlait entre autres de ces élites qui parviennent à convaincre les gens qu’elles représenteraient une alternative au système établi, un phénomène nouveau sur la scène politique internationale. Jean-Michel Aubier nous a également écrit :

« Intéressant votre Miroir de la société où vous expliquez qu’un éventuel Czexit nuirait principalement à ceux qui souhaitent une sortie de l’UE. Il est navrant de constater que beaucoup en Europe ne se rendent pas compte de la sécurité que nous apporte l’Union Européenne, même si elle est loin d’être parfaite. Bien apprécié également le « dimanche musical » consacré au Vivaldianno. Je ne suis pas certain que les ‘puristes’ auront apprécié, mais pour ma part, même si j’ai toujours baigné dans la musique classique, je trouve ces œuvres musicales très réussies. »

Notre auditeur et correspondant fidèle nous écrit avoir également apprécié le reportage sur les événements de novembre 1989, vus depuis la province, « une époque qui ne semble plus trop intéresser les jeunes aujourd’hui… » Enfin, il nous fait savoir qu’il essaierait d’écouter la série d’émissions sur l’Europe Centrale diffusées par France Culture entre le 18 et le 21 décembre dans l’émission de la Fabrique de l’histoire. En ce qui nous concerne, nous sommes bien entendu intéressés à pouvoir connaître d’éventuelles remarques et commentaires à ce propos.

C’est aussi Christian Ghibaudo qui salue les émissions qui ont été consacrées au rappel de la révolution de Velours de 1989 et qui nous en fait part dans sa dernière lettre :

Novembre 1989, photo: Gampe, CC BY 3.0Novembre 1989, photo: Gampe, CC BY 3.0 « Bien sûr, j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt les émissions sur les commémorations de la révolution de Velours. Ce qui m’a le plus intéressé c’est le reportage qui nous expliquait que la révolution était aussi en province et pas seulement à Prague ou à Bratislava, dans les ‘capitales’. Le mouvement a tenu car justement, la province a suivi. Les Tchécoslovaques ont tenu bon, malgré le fait qu’ils ne savaient pas ce que les lendemains leur réservaient. Dans vos reportages on a aussi bien senti l’importance des stations internationales étrangères, alors sur les ondes courtes. Que de souvenirs... »

Christian Ghibaudo nous informe aussi de l’ouverture de la saison hivernale dans la station de sports d’hiver Isola 2000 dans les Alpes-Maritimes. L’occasion pour lui de nous demander quand commence la saison des sports d’hiver en Tchéquie et combien il y a de stations dans le pays.

La station hivernale de Monínec, photo: Michal Trnka, ČRoLa station hivernale de Monínec, photo: Michal Trnka, ČRo Eh bien, en Tchéquie également, la saison hivernale a déjà commencé, du moins dans une grande partie des stations de sports d’hiver, situées par exemple dans les monts de Jeseníky dans le nord de la Moravie et dans les Monts des Géants, dans le nord de la Bohême. Mais c’est aussi le cas, par exemple, pour la station de Monínec, située à seulement quelque 70 kilomètres de Prague et qui accueille les skieurs et les skieuses, depuis un certain temps déjà, grâce à la fabrication de neige artificielle. En Tchéquie, un pays dont la plus haute montagne, Sněžka, atteint la hauteur de 1 602 mètres, on compte au total près de 400 stations de ski d’étendues diverses. En faut-il dire plus pour montrer que le ski est un sport très aimé des Tchèques?

Place enfin à une lettre qui nous a été adressée par M. Paul Jamet et dans laquelle nous avons pu lire:

 « Une fois n’est pas coutume. Voici six rapports d’écoute. Merci par avance pour vos QSL. Même retraité, c’est souvent le temps qui me manque pour vous écouter plus souvent. Comme très souvent, je prévois trop de choses et les journées ne sont pas assez longues. La radio reste pour moi un moyen agréable pour s’évader mais aussi s’informer sur ce qui se passe ailleurs, hors de l’Hexagone. J’espère que tout va bien pour vous toutes et tous. »

 

Merci, cher ami, pour vos rapports détaillés écrits à la main, ainsi que pour votre missive sympathique. Merci également vous tous que nous avons eu le plaisir de citer dans cette émission, en espérant que vous serez prochainement quand même un peu plus nombreux à nous écrire. Vos réactions, vos remarques et suggestions sont en effet pour nous une importante source d’inspiration et de motivation. Et voici encore, comme d’habitude, notre traditionnelle question du mois qui est cette fois-ci la suivante :

Quel poisson est incontournable en Tchéquie sur la table du réveillon de Noël ?

Parmi les bonnes réponses, six vainqueurs seront tirés au sort et recevront un prix.