Les lettres, un beau moyen de garder le contact

Été oblige, notre boîte aux lettres a été un peu moins sollicitée que d’habitude. Nous y avons pourtant trouvé quelques messages intéressants, dont nous avons le plaisir de vous présenter des extraits.

« L’été se termine dans la fraîcheur, et il semble bien que l’hiver arrivera vite sur la Côte d’Azur, surtout dans l’arrière-pays (où est Tende). On commence déjà à chauffer les maisons et appartements... » C’est ce que nous avons pu lire dans la lettre qui nous a été adressée ce 21 septembre par Christian Ghibaudo. Un constat qui est aussi applicable à la République tchèque, car durant les trois premières semaines du mois de septembre, les températures ont été très fraîches. Voilà pourquoi, chez nous aussi, la plupart des appartements et des maisons sont désormais chauffés, même si les optimistes espèrent toujours l’arrivée d’un véritable été indien, ne serait-ce que pour un laps de temps très court... Comme de coutume, notre auditeur français a également réagi à certains programmes qu’il a pu écouter sur nos ondes:

Bez obalu, photo: Eva TurečkováBez obalu, photo: Eva Turečková « Très intéressant le sujet sur les épiceries sans emballage, en Tchéquie. En France, nous en avons depuis quelques années, même les hypermarchés à Nice s’y sont aussi mis. Alors je ne sais pas si il y a une grosse demande ici, mais de mon côté, j’avoue que j’ai beaucoup de mal avec ça. J’ai pris l’habitude d’apporter des sacs pour ranger mes achats, mais pour le moment, je n’ai pas encore pris ‘le pli’ d’acheter sans emballage. Mais je m’y mettrai surement dans les mois à venir. »

Les épiceries sans emballage qui rencontrent un assez grand succès en Tchéquie, c’est un sujet qui a été traité dans l’émission qui a été diffusée le 21 septembre et qui a été préparée par Magdalena Hrozínková... Christian Ghibaudo nous a également écrit:

« J’attends avec impatience le dossier spécial sur les 50 ans en 2018 de ’Août 1968’, d’ailleurs en France nous commémorerons surement les 50 ans de ‘Mai 68’. Malheureusement, je ne pourrai pas vous aider, n’ayant aucun souvenir des événements qui se sont déroulés en Tchécoslovaquie à ce moment. Tout juste quelques bribes du Mai 68 français. Il est vrai que j’étais trop jeune à l’époque, je n’avais que 7 ans ! »

L’année 1968 est également évoquée dans une lettre qui nous a été adressée par Naghmouchi Nouari d’Algérie qui est depuis un certain temps déjà un de nos auditeurs et correspondants fidèles. Il a récapitulé en bref les événements clés de l’occupation de l’ancienne Tchécoslovaquie survenue en août 1968 :

Août 1968, photo: Leszek SawickiAoût 1968, photo: Leszek Sawicki « C'est dans la nuit du 20 au 21 août que les troupes du Pacte de Varsovie ont envahi la Tchécoslovaquie, pour mettre fin aux velléités démocratiques du Premier secrétaire du Parti communiste, Alexander Dubček. Celui-ci, défiant l'autorité du président Antonín Novotný (en place depuis 1957 et remplacé par Ludvík Svoboda le 30 mars 1968), voulait instaurer un ‘socialisme à visage humain’ et engager une série de réformes (liberté de la presse, multipartisme, limitation des pouvoirs de police, transition vers le fédéralisme, etc.). Depuis le début 1968, la population tchécoslovaque faisait pression pour la mise en place de ces réformes le plus vite possible. Cela n'a pas plu à Moscou, qui voyait là un danger pour le bloc de l'Est, et Leonid Brejnev a donc décidé d'écraser dans l'œuf ce début de révolution. »

Il va de soi que cet événement, vieux de 49 ans, ainsi que les différentes circonstances s’y rapportant ont été rappelés dans plusieurs de nos émissions. Dans celle diffusée le 25 août, nous avons par exemple évoqué l’acte tragique du Polonais Ryszard Siwiec qui s’était immolé par le feu pour protester contre l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes du pacte de Varsovie.

L’été n’est pas encore terminé pour M. Paul Jamet, qui nous indique bénéficier d’encore trois semaines de congé en septembre. Une occasion pour lui d’exprimer l’espoir que l’été se soit déroulé agréablement sur les bords de la Vltava. Eh bien oui, tout s’est passé il le faut pour l’ensemble de l’équipe de Radio Prague, sinon que l’été a semblé passé un peu trop vite.

« De très bonne vacances à toutes et à tous. » C’est d’ailleurs un souhait qui nous a été adressé sur une belle carte postale par Philippe Marsan. Il y a ajouté ces quelques mots aimables : « Je garde un excellent souvenir de la venue de Guillaume Narguet à Gréez-sur-Roc. Merci. On dit que la bière tchèque est une des meilleures au monde. Je le crois bien volontiers. Mais je dois dire qu’il y a aussi la bière de notre région. »

Auditeur attentif, Jean-Michel Aubier fait partie de ceux qui commentent régulièrement les sujets qui sont traités dans nos émissions. Il en a donné la preuve avec sa dernière lettre, dans laquelle nous avons pu lire :

Andrej Babiš, photo: ČT24Andrej Babiš, photo: ČT24 « De prime abord, je dirais que je suis plutôt satisfait de la levée de l'immunité parlementaire de l'ancien ministre des Finances, Andrej Babiš. Cet homme, qui serait la deuxième fortune du pays, incarne à mes yeux - outre le populisme - la malhonnêteté qui rejaillit souvent sur l'ensemble de la classe politique… Cependant, et malgré les casseroles qu'il traîne derrière lui, il est populaire dans un pays considéré comme eurosceptique, et tout comme la dirigeante du principal parti d'extrême droite en France, il se victimise et invoque un complot politique contre sa personne. La crainte de le voir arriver à la tête d'un prochain gouvernement est réelle. Il me semble toutefois qu'il n'a jamais évoqué une sortie de l'Union Européenne. Je verrais bien votre pays ressembler à une seconde Hongrie. Je suis donc assez inquiet sur l'avenir de la République tchèque. »

Encore quelques semaines avec les résultats des élections législatives qui se tiendront en République tchèque les 20 et 21 octobre et qui donneront une réponse à la question de savoir quelles seront les forces politiques qui domineront l’échiquier politique au cours des quatre prochaines années. De l’avis général, ces élections auront une importance majeure pour l’orientation future du pays et, effectivement, pour sa position au sein de l’Union européenne. Evidemment, nous essayerons de saisir tous les tenants et aboutissants de cet événement, en vous présentant informations, reportages, analyses, entretiens... Jean-Michel Aubier a aussi réagi à une édition du Miroir de la société :

« A l'occasion des 25 ans de la séparation des Tchèques et des Slovaques, vous avez indiqué, en citant un quotidien : ‘la Tchéquie a voulu se séparer de la Slovaquie pour se rapprocher plus rapidement de l’Europe occidentale. Pourtant, c’est son voisin slovaque qui aurait aujourd'hui davantage de chance de prendre ce chemin’. C'est on ne peut plus exact. Rappelons-nous les propos de Madeleine Albright qui considérait la Slovaquie comme ‘le trou noir de l'Europe’. Plus de 20 ans après, regardez où en est votre voisin. Premier pays de l'ancien bloc socialiste à intégrer la zone euro, ses résultats économiques en font pâlir d'envie plus d'un. Bien sûr, tout n'est pas rose à l'est de la République Tchèque, mais reconnaissons que l'ancienne secrétaire d'état s'est bien plantée. »

Notre auditeur français nous signale en outre qu’il a passé un moment relaxant avec la musique de Jiří Malásek tout en ajoutant avec sincérité que celui-ci est pour lui « un pianiste honnête mais sans plus ».

 

Merci, cher ami, pour votre longue lettre et pour vos commentaires, car toutes les observations rédigées par nos auditeurs sont pour nous et pour notre travail d’un grand intérêt. Merci vous tous que nous avons eu le plaisir de citer dans cette émission mensuelle, ainsi que vous tous qui nous avez envoyé vos rapports d’écoute. Et voici encore notre traditionnelle question du mois :

Comment s'appelle l'arbre dont les feuilles sont devenues un symbole national tchèque ?

Je rappelle que parmi les bonnes réponses, six vainqueurs seront tirés au sort et recevront un prix. Envoyez vos réponses avant la fin du mois à l’adresse suivante : cr@radio.cz.