Courrier des auditeurs Les lettres et les fleurs

29-04-2006 | Václav Richter

Merci à tous ceux qui nous écoutent et réagissent à nos émissions dans leurs lettres et leurs courriels. Voici quelques citations et aussi quelques réponses à des questions que nos auditeurs ont formulées dans leurs lettres.

Télécharger: MP3

Photo: Archives de ČRo7Photo: Archives de ČRo7 Plusieurs auditeurs sont revenus dans leurs lettres sur les inondations ayant ravagés récemment certaines régions de République tchèque.

« J'ai suivi avec intérêt le dossier sur les inondations des semaines passées. Espérons que tout retournera à la normale, lisons-nous dans la lettre de Christian Ghibaudo de France.

« Est-ce que chez vous les intempéries sont terminées ? nous demande M. André Balboa de France. A Narbonne, dans le Sud de la France, la météo est assez bonne pour le moment. Nous avons de belles journées ensoleillées et les jardins sont très bien fleuris. J'ai vu à la télévision française les dégâts causés par les inondations chez vous. Nous aussi nous avons subis cela dans la région narbonnaise, il y a quelque temps, avec un ami décédé hélas dans cette tornade de pluie. »

« Salut à toute l'équipe de Radio Prague en souhaitant que vous n'ayez pas souffert des inondations dans votre pays ravagé et que vos familles sont saines et sauves », nous écrit M. Michel Gueroult de France.

Chers auditeurs, merci de votre attention. Les inondations de ce printemps semblent conjurées maintenant et les ravages qu'elles ont faits n'ont pas été, loin s'en faut, aussi graves et aussi importants que ceux de l'été 2002. On se rend compte cependant que cette crue printanière a été aussi un avertissement. La nature nous a signalé que les catastrophes de ce genre nous menacent toujours et que nous devons prendre les mesures de prévention efficaces, et surtout changer progressivement le caractère du paysage tchèque et lui rendre sa capacité d'absorption. Cette capacité, le paysage l'a perdu suite à l'aménagement du territoire et aux travaux effectués par de lourdes machines agricoles.

 

Photo: Archives de ČRo7Photo: Archives de ČRo7 « J'ai apprécié dans vos émissions la météo que l'on peut comparer avec celle de sa région, les chapitres de l'histoire tchèque, le 73 de Radio Prague, les Tchèques célèbres et moins célèbres, le Spécial Pâque, Economie-commerce, Un peu de musique quand même, ainsi que les infos, épine dorsale de votre station, nous écrit M. Marcel Lecerf de France et il poursuit : Il y a un langage des fleurs en Tchéquie ? Pour moi, ma fleur préférée, c'est la violette. »

Bien sûr, le langage des fleurs est connu dans notre pays mais il est sans doute moins utilisé qu'au XIXe siècle, période qui était beaucoup plus romantique. C'était le temps où l'on pouvait dire avec les fleurs beaucoup de choses. La violette que vous aimez, M. Lecerf, signifiait la modestie, le muguet faisait espérer le retour du bonheur, le narcisse était le symbole de l'égoïsme, une branche d'olivier était la promesse de la paix. Souvent une seule espèce de fleur pouvait dire des choses bien différentes, car ce qui était décisif pour sa signification, c'était sa couleur. Ainsi le chrysanthème rouge voulait dire « Je t'aime », le chrysanthème blanc était le symbole de la vérité et le chrysanthème jaune annonçait que l'amour touchait à la fin. Photo: Archives de ČRo7Photo: Archives de ČRo7 Quant au pavot rouge il apportait la consolation et le pavot blanc était le symbole du sommeil. La palette de ce qu'on pouvait dire avec les fleurs a été étonnamment large et le don de la fleur était une petite cérémonie dont chaque partie revêtait une signification. On savait que lorsqu'une femme recevait des fleurs et les prenait de la main droite, c'est qu'elle acceptait leur message, et lorsqu'elle les prenait de la main gauche, c'est qu'elle le refusait. Refermons donc ce chapitre sur le langage des fleurs en vous offrant une marjolaine qui signifie joie et bonheur. Nous vous prions de la prendre de la main droite.

 

M. André Balboa nous a posé également deux questions concernant la bière tchèque. « Pourriez-vous m'indiquer le nom d'une bière tchèque que je pourrais trouver en France chez moi, demande-t-il dans sa lettre. M. Balboa, vous pouvez trouvez chez vous, mais dans les magasins spécialisés, au moins la bière de Plzen, la fameuse Pilsner Urquel, ou celle de Ceske Budejovice, Budvar ou Budweiser.

M. Balboa a écouté aussi notre émission sur la cure thermale à base de bière qu'on propose aux curistes à Chodova Plana près de Marianske Lazne (Marienbad) et nous demande si la bière utilisée dans cette station thermale est blonde ou brune. Selon notre collègue Alexis Rosenzweig qui a fait le reportage sur cette station, on utilise les deux. On se baigne dans de la brune et on boit de la blonde.

 

« Chers amis des ondes, nous écrit M. Maurice Mercier, bon anniversaire à Radio Prague Internationale pour ses 70 années d'existence. Vos émissions nous font découvrir le quotidien de la République tchèque qui a traversé des drames importants au cours de son histoire et qui a maintenant sa place au sein de la grande famille Europe, j'en suis heureux. Longue vie à Radio Prague Internationale. »

« Ce matin j'ai participé à votre petit concours de Pâques, sur votre site Internet, lisons-nous dans la lettre de M. Ghibaudo. C'est assez amusant de trouver les questions en cliquant sur le dessin. Toujours de bonnes idées sur ce site. Agréable à consulter, à chaque fois, un bon complément à vos émissions écoutées sur ondes courtes, satellite ou Internet. » M. Ghibaudo a pris part également à notre concours organisé à l'occasion du 70e anniversaire de Radio Prague. Nous vous invitons tous à y participer.

Et c'est la fin de cette rubrique réservée aux lettres et courriels des auditeurs de Radio Prague. Merci de nous avoir écouté, merci de nous avoir écrit.

Partager

à découvrir

Articles correspondants

En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français