51e épisode : 1968 – « Modlitba pro Martu » – « Prière pour Marta »

En Tchécoslovaquie, l’événement le plus important de l’année est sans conteste le Printemps de Prague qui fut suivi, en août, de l’invasion du pays par les troupes du Pacte de Varsovie.

30 mars : élection de Ludvík Svoboda en tant que Président de la Tchécoslovaquie
Aux Jeux olympiques de Mexico, la gymnaste Věra Čáslavská se distingue en remportant quatre médailles d’or.
Mais aussi, le 2 octobre : naissance de la joueuse de tennis vainqueur à Wimbledon, Jana Novotná

La fin des années 1960 a apporté non seulement de grands changements dans la politique et dans la société, mais aussi une vague de chansons qui sont aujourd’hui encore de grands succès.

Pour 1968, on ne saurait faire abstraction de la réaction spontanée des artistes de la musique tchécoslovaque face à l’évolution des événements de l’époque et à la pression de l’URSS.

Juste avant l’invasion soviétique d’août, à une période déjà pleine d’incertitudes, le compositeur Jindřich Brabec et le parolier Petr Rada ont écrit une chanson très particulière intitulée « Modlitba pro Martu » – « Prière pour Marta ». Celle-ci faisait suite à la victoire de ces deux auteurs, avec leur chanson « Cesta » – « Le chemin », à l’édition de 1968 du festival tchécoslovaque de chansons populaires « Bratislavská lyra » ou « La lyre de Bratislava ». Ils étaient ensuite tenus de composer une nouvelle œuvre pour les épisodes à venir à l'automne de la série télévisée « Píseň pro Rudolfa III. » – « Chanson pour Rodolphe III ».

Marta Kubišová, 'Modlitba pro Martu', photo: ČTMarta Kubišová, 'Modlitba pro Martu', photo: ČT Il s’agit d’une véritable prière en musique s’appuyant sur des citations du philosophe, grammairien et pédagogue tchèque Jan Amos Komenský, plus connu sous le nom de Comenius. Les auteurs dédièrent cette chanson à Marta Kubišová, qui l’interpréta de façon improvisée et avec beaucoup de passion le 23 août 1968, accompagnée d’Angelo Michajlov au piano et de Karel Černoch à la batterie.

Elle sortit tout d’abord en single puis, au cours de l’année 1969, sur l’album « Songy a balady » – « Tubes et ballades » dans une version différente. Elle fut ensuite censurée et interdite sur l’album paru en 1970.

 « Modlitba pro Martu » – « Prière pour Marta » reste dans l’histoire du pays le reflet non seulement de l’inoubliable Printemps de Prague de 1968 mais aussi de la révolution de velours de 1989.

 

Votez pour la chanson du siècle !