1958 – « Blues pro tebe » – « Un blues pour toi »

La tradition musicale du Théâtre libéré, des groupes de tramping et du théâtre de satire d’après-guerre continuait de s’exprimer, notamment par le biais de troupes de jeunes amateurs. Essayant de contester la pensée doctrinaire sans pour autant perdre leur public d’habitués, ceux-ci montaient alors des saynètes légèrement satiriques et aux chants simples.

1er janvier : création de la Communauté économique européenne (CEE)
Succès exceptionnel de la Tchécoslovaquie à l’Exposition universelle de 1958 à Bruxelles 17 octobre : publication de la loi sur la sédentarisation des nomades
Mais aussi, le 5 janvier : naissance de Jiří Hrdina, joueur de hockey triple champion de la Coupe Stanley et médaille d’or au championnat du monde de hockey sur glace

Parmi ces troupes, le club praguois Akord occupait une place importante. Il rassemblait les jeunes artistes de la scène du club praguois Reduta des années 1956-1958, à l’époque où il jouait le rôle d’établissement des ateliers publicitaires Propagační tvorba. À l’origine, les chanteurs de la troupe étaient accompagnés de deux guitares, d’un harmonica et de la contrebasse de Jiří Suchý ; s’y ajoutèrent par la suite un piano ainsi qu’une batterie.

Le programme le plus accrocheur du club Akord était constitué de « text-appeal » ou séries de monologues, de commentaires satirico-critiques et de chansons. L’improvisation ainsi qu’une étroite collaboration avec le jeune public y jouaient un rôle important.

Jiří Suchý, photo: ČTJiří Suchý, photo: ČT Ces « text-appeal » donnèrent naissance à plusieurs chansons qui devinrent par la suite de véritables tubes. Ce fût par exemple le cas de « Blues pro tebe » – « Un blues pour toi », première composition éditée de Jiří Suchý. Sa mélodie aux rythmes vifs reçut un écho si positif que le morceau fut enregistré sur disque en gomme-laque, et il s’en vendit 113 000 exemplaires.

Détail symptomatique de l’époque : en 1958, l’auteur de la chanson n’était pas autorisé à prendre le micro. C’est donc Josef Zíma qui chante sur cet enregistrement, pour lequel il est accompagné de l’orchestre Karel Vlach.

 

Votez pour la chanson du siècle !