1937 : Svět patří nám - Le monde nous appartient

Un des théâtres pragois les plus courus de l’époque était l’Osvobozené divadlo - ou Le Théâtre libéré, dont Jiří Voskovec, Jan Werich et Jaroslav Ježek étaient les têtes d’affiche. Les trois hommes ont excellé non seulement sur les planches mais aussi sur grand écran. Pour illustrer l’année 1937, nous vous proposons de découvrir « Svět patří nám » - « Le monde nous appartient », une chanson de marche couronnée de succès.

5 avril : mise en service, après quatre ans de travaux, de l’aéroport de Prague-Ruzyně (aujourd’hui aéroport de Prague-Václav Havel)
14 septembre : mort du premier président de la République tchécoslovaque, Tomáš Garrigue Masaryk, au château de Lány
24 janvier : naissance d’Ivan Jandl, qui sera récompensé de l’Oscar de la jeunesse.

Photo: Archives du Museé nationalPhoto: Archives du Museé national Cette chanson est en effet devenue le moment le plus apprécié du film éponyme qui a été accueilli avec beaucoup d’enthousiasme par le public, et notamment par les jeunes spectateurs. Cependant, si la jeunesse démocratique voyait dans les paroles de cette chanson l’expression d’une sympathie et d’une loyauté à l’égard de la République libre, les jeunes communistes, eux, en interprétaient la devise « le monde nous appartient » d’une tout autre façon : il s’agissait là d’une composante de leur combat idéologique et de la dictature prolétaire tant désirée.

Il faut donc insister sur le fait que si Jiří Voskovec, Jan Werich et Jaroslav Ježek sympathisaient avec la gauche démocratique, qu’ils n’ont jamais été membres d’aucun parti, et encore moins du Parti communiste tchécoslovaque. Il n’en reste pas moins que la chanson « Svět patří nám » – « Le monde nous appartient » s’inscrivait bien dans l’ambiance de l’époque, renforçant la confiance des citoyens dans une République dont la liberté, en 1937 déjà, était déjà sérieusement menacée par l’expansion du nazisme hitlérien.

 

Votez pour la chanson du siècle !