1921 – 4e partie : Bílí rejtaři – Les Reîtres blancs

Notre série La Chanson du siècle vous présente 100 chansons qui sont entrées dans l’histoire de la Tchécoslovaquie et de la République tchèque. Devenues populaires, elles ont résonné à des moments-clefs de cette histoire ou ont fini en tête du hit-parade d’une année concrète. Nous continuons pour cette fois avec l’année 1921.

C’est une période où le groupe de cabaret Červená sedma (Le Sept rouge) est au summum de sa gloire. En octobre 1921, le cabaret emménage dans le bar à vin de la Maison municipale à Prague. Son répertoire, un mélange de chansons, de couplets et de jeux de scène, a précédé les théâtres dits « de petites formes ». Un groupe composé de jeunes intellectuels s’efforçait de répondre par l’humour aux problèmes de la vie.

Le 15 février se tient le premier recensement de la population en Tchécoslovaquie.
Le 28 juillet, Adolf Hitler devient le premier président du parti nazi.
Le 26 septembre, le président Masaryk nomme le 5e gouvernement tchécoslovaque dirigé par Edvard Beneš.
Et le 12 octobre naît le futur tennisman, hockeyeur et vainqueur de Wimbledon Jaroslav Drobný

Le chansonnier et satiriste Karel Balling comptait parmi les membres vedettes de Červená sedma. Ce chimiste de formation était un grand amateur de cabaret. Plus tard, son expérience de la scène lui servit dans l’exercice des fonctions de directeur de la Fédération de protection des auteurs. Aujourd’hui encore, la chanson de marche de 1921 intitulée Bílí rejtaři – littéralement « Les Reîtres blancs » - est liée au nom de Balling et ainsi donc aussi au répertoire de Červená sedma.

Et de quoi est-il donc question dans cette chanson ? D’un séjour de soldats lors de manœuvres militaires dans un village de Bohême où les reîtres en question ont charmé les demoiselles du coin.

Inkognito, photo: PantonInkognito, photo: Panton L’ancien quatuor Inkognito n’a toutefois malheureusement chanté que deux couplets au sujet de toute l’affaire pourtant très intéressante, tandis que les dames chantant le troisième couplet, elles, ont pudiquement préféré passer la chute sous silence. Nous nous permettons donc ici de divulguer au moins la citation suivante. En effet, l’histoire des jeunes filles amoureuses se poursuivait ainsi (nous citons) : « Un an après le départ du huitième régiment … Dix vierges lavent les couches, vingt vierges autour tournent des yeux bleus qui baignent dans les larmes, trente vierges doivent bercer le petit reître. Il n’y a bien que la mémé pour être heureuse d’avoir soixante ans… » - Les reîtres étaient alertes, mais en voici davantage directement dans la chanson de Balling :

 

La chanson du siècle – comment voter et règlement

Chaque dimanche, nous vous inviterons à voter pour une des cinq chansons que nous vous aurons présentées durant la semaine écoulée. La chanson qui, pour la décennie donnée, recueillera le plus grand nombre de voix, sera « qualifiée » pour l’étape suivante du concours. Lorsque les 100 chansons auront été diffusées, à raison donc d’une chanson par année depuis 1918 jusqu’en 2018, deux nouveaux votes seront organisés respectivement pour les périodes 1918 – 1968 et 1968 – 2018. Ces deux votes permettront de retenir six chansons pour le tour ou le vote final, duquel ressortira la chanson préférée de la majorité des auditeurs de Radio Prague – autrement dit « la chanson tchèque du siècle ».

Dix votants tirés au sort recevront un CD produit à l’occasion des célébrations du centenaire de la fondation de la République tchécoslovaque. Il s’agit de l’enregistrement des chansons qui ont rencontré le plus grand succès dans de nouveaux arrangements.