Joy Adamson

Joy Adamson, auteur de « L'histoire d'Elsa la lionne » et « La brousse est ma patrie », s'appelait Friederike Victoria Gessner et était d'origine tchèque. Ses ouvrages exquis ont vraiment fait le tour du monde, sans parler de l'énorme succès du film : dans les rôles de Joy et George Adamson, Virginia McKenna et Bill Travers. La première du film « La brousse est ma patri »e a eu lieu en 1966 à Londres en présence de la reine Elisabeth II, du major Campbell Graham, de Joy et George Adamson et des deux acteurs incarnant les rôles principaux. Joy et son troisième mari George ont été les premiers protecteurs d'animaux à avoir réussi à apprendre aux animaux capturés à vivre à l'état sauvage.

Friederike est née le 18 janvier 1910 à Opava, en Silésie. Elle y passe une partie de son enfance dans la maison de son grand-père, Karel Weisshuhn. C'était un grand entrepreneur qui exploite plusieurs domaines. Il flotte du bois, gère minoteries et scieries, et construit des chemins de fer. Lors d'une visite chez son grand ami Thomas Edison, il découvre aux Etats-Unis une nouvelle méthode de production de papier de bois d'emballage. A son retour en Bohême, il profite immédiatement de sa nouvelle expérience pour mettre sur pied une production de sachets en papier. Mais revenons à Joy, que l'on appelait Fifi. Elle a une épaisse crinière rousse et court à travers bois avec les enfants de son âge. Fifi adore nager, jouer au tennis et est passionnée par les histoires sur les animaux. Elle a douze ans lorsque ses parents divorcent. Un choc pour la petite qui déménage alors avec sa mère à Vienne. Elle vit dans la maison de sa grand-mère qui lui apprend à chanter, jouer du piano et à monter à cheval. Friederike est aussi très douée pour le dessin, la photo et le modelage. Elle fait des études de sculpture à l'Académie des arts. La mort de son père provoque encore un choc. Pour apaiser sa douleur, elle se lançe dans des études de médecine et porte son attention surtout sur la psychologie. Elle est tellement fascinée par Sigmund Freud qu'elle pense sérieusement à faire une carrière de psychothérapeute. Mais Friederike ne terminera jamais ses études de médecine, car à 25 ans, elle épouse Viktor von Klarvill.

Deux ans plus tard, elle s'embarque pour Mombasa. En Afrique, la jeune femme veut reprendre des forces et retrouver le moral après un avortement. D'ailleurs, suite à ce fait, elle ne put jamais avoir d'enfant. Déjà à bord elle tombe amoureuse de Petr Bally, botaniste suisse. A son retour en Autriche, Friederike divorce de Viktor pour épouser son botaniste. Le couple repart en Afrique peu après la cérémonie nuptiale, en mars 1938. Petr Bally n'arrive pas à prononcer le nom compliqué de sa femme et décide de l'appeler Joy. Après quatre ans de vie commune, Joy et Petr se séparent de façon très correcte. Puis Joy rencontre George Adamson. Il est Anglais et travaille comme gérant de safaris et guide au Kenya. Elle l'épouse en 1944. Ce sera l'homme de sa vie qu'elle ne quittera plus. Joy participe à des expéditions de recherches, dessine des portraits d'indigènes de différents groupes ethniques, prend des photos de la flore de l'Afrique orientale. D'ailleurs, Joy Adamson a illustré sept livres sur la flore et la faune africaines qu'elle a complétés avec des échantillons dont elle a enrichi la collection du Jardin botanique royal à Kew de Londres.

La vie relativement tranquille du couple change lorsque George tue une lionne qui l'agresse. Malheureusement, c'est la mère de trois ravissants lionceaux. Le plus petit des trois s'appellera Elza. Après six mois, les Adamson remettent les deux lionceaux au jardin zoologique de Rotterdam et ne gardent qu'Elza. Mais ils étaient bien conscients que la fin de leur vie commune n'était qu'une question de temps. Un jour, Elza devra retourner à la vie à l'état sauvage. La première tentative de lâcher Elza se passe en 1958 dans la réserve de Masai Mara, au Kenya. Elsa supporte difficilement le premier contact avec la nature. Elle tombe malade. Il faut donc attendre qu'elle guérisse pour la transporter dans la réserve de Meru. George et Joy y viennent observer la lionne une fois par semaine. Elle arrive à chasser toute seule une antilope, mais n'arrive pas trop à prendre contact avec les autres lions. Elle reste un peu à part, isolée. Mais finalement, tout se passe bien, Elza trouve le lion de son coeur et accouche de trois lionceaux en février 1960. La lionne amène ses petits à une Joy tout à fait ravie. Bientôt, le territoire d'Elza est menacé par des braconniers. La lionne laisse ses petits dans le camp de George et de Joy pour les protéger. Les lionceaux dévastent gaiement les lieux.

La même année, Joy Adamson publie son livre « La brousse est ma patrie », un succès fou. Les bénéfices de la vente du livre servent à financer les activités de la Fondation Elza Conservation Trus qui soutient différents projets de sauvegarde des animaux sauvages.

Elza meurt d'une infection parasitaire en janvier 1961. Joy et George l'enterrent dans la réserve de Meru. Ils transportent les trois lionceaux d'Elza à la réserve nationale de Serengeti en Tanzanie où ils s'adaptent facilement aux lois de la vie sauvage. Les Adamson ne les reverront plus. Désormais, ils appartiennent à la nature de l'Afrique.

Joy vivait dans la réserve de Saba au nord de la réserve nationale de Meru. Elle préparait des léopards élevés en captivité à la vie à l'état sauvage. Le soir du 3 janvier 1980, on ne voit pas Joy revenir de sa promenade. Le lendemain, elle est retrouvée morte suite à des coups de poignard dans la poitrine. Quelques jours plus tard, Paul Ekai, jeune employé de la réserve, avoue son crime. Il est condamné à perpétuité. Les cendres de cette femme admirable sont dispersées sur la tombe d'Elza et du guépard - femelle, Pippa, dans la réserve nationale de Meru. Pippa faisait partie des animaux auxquels Joy a appris à vivre dans la nature sauvage. Le mari de Joy, George, a subi le même sort que sa femme. Il a été assassiné le 20 août 1989 par trois braconniers près de Kampi Ya Simba, au nord du Kenya.