Les Tchèques célèbres et moins célèbres Jan Lauschmann

16-12-2004 | Jaroslava Gregorová

Les oeuvres du photographe et chimiste-scientifique Jan Lauschmann, sont romantiques et tranquilles. Elles reflètent surtout Prague, dans les années trente et quarante. La douceur nostalgique d'une époque depuis longtemps révolue.

Télécharger: RealAudio

Jan Lauschmann, photo par Jaroslav FabingerJan Lauschmann, photo par Jaroslav Fabinger Le photographe, né en avril 1901, fait partie des plus grands photographes tchèques. Il soutient l'idée de l'indépendance et de la pureté de la photographie, son lien étroit avec la réalité. Jan Lauschmann fait ses études au lycée technique de Nymburk, ville de Bohême centrale dans la plaine de l'Elbe. Tout comme Ladislav Sitensky, son collègue un peu plus jeune, il commence à faire de la photo très tôt. A 11 ans, son oncle lui fait cadeau d'un appareil photo 9x12. Le jour suivant, Jan prend sa première photo. On remarque déjà qu'il a l'oeil. Mais, il ne sait pas encore développer. Monsieur Pleskot, professeur de physique au lycée technique de Nymburk et ami de la famille, se charge de l'aider. Il offre au jeune garçon un livre technique sur la photographie et devient son conseiller dans la matière. Jan est prédisposé à l'art. Son père est juriste, mais aussi un grand amateur de musique. Il joue du piano, de l'orgue, de l'harmonium, de la viole et dirige l'orchestre amateur de la ville. Le jeune passionné de photographie prend des photos à toute occasion et, en 1914, il fait son premier reportage sur les soldats partants au front. Mais, Jan commence à s'intéresser également à la chimie, qui deviendra une passion parallèle à la photographie. Il se lance dans la fabrication des explosifs à domicile. Le jeune homme tient même un journal sur ses expériences; Il l'intitule Le livre des explosifs. Vers la fin de la Première Guerre mondiale, la famille déménage à Prague. Jan est vraiment fasciné par la capitale qui l'inspire beaucoup. Finalement, il opte pour les études à l'Ecole supérieure de chimie et de technologie. Aussitôt, il se fait remarquer par le professeur Jaroslav Milbauer, photographe renommé qui donne des conférences sur la photographie à l'université et guide les exercices. Parallèlement, le professeur dirige l'Institut de la photographie pratique où Jan deviendra son assistant, après avoir terminé ses études. Avec l'assistance du professeur Milbauer, le jeune chimiste et photographe, prépare son doctorat. En 1924, il est promu docteur en sciences techniques. Grâce au professeur Milbauer, il publie un travail scientifique intitulé L'influence des désensibilisateurs sur le développement en couleur. Le texte intéressant est publié non seulement dans le bulletin scientifique de l'Académie tchèque des Sciences Discussions, mais également en Suisse et en Allemagne. Jan Lauschmann a vingt trois ans, et il est le plus jeune scientifique du pays. Mais, il a également du succès sur le plan international dans le domaine de la photo. En tant que membre du Club tchèque des photographes amateurs, il se rend à différentes expositions et ses photos sont très appréciées.

Photo: Jan LauschmannPhoto: Jan Lauschmann Jan Lauschmann accepte le poste de chimiste à l'usine Remed, à Prague. Il ne restera que peu de temps, car le professeur Milbauer le recommande à la direction de Neobrom, usine de Brno, capitale de la Moravie, produisant du papier sensible. Le travail à Neobrom passionne le jeune homme. Bientôt, il est nommé chimiste en chef, directeur technique et de production. Il deviendra un expert renommé en technologie photographique. Jan Lauschmann est donc un chimiste-scientifique tout en se consacrant à la photographie. La direction de Neobrom le soutient pleinement dans ses activités de photographe. Les succès aux expositions de la photo artistique de leur employé sont une excellente publicité pour l'entreprise. En 1929, le scientifique photographe participe à la seconde exposition de la photographie indépendante, organisée par le Club des photographes amateurs de Mlada Boleslav. Il présente les photos d'une chaise, d'une assiette, les escaliers du Château de Prague, la fenêtre et l'ombre...Les sujets choisis démontrent bien une nouvelle tendance dans le style du constructivisme et de l'objectivisme.

Photo: Jan LauschmannPhoto: Jan Lauschmann En 1948, l'usine Neobrom est nationalisée. Jan Lauschmann est nommé directeur de Neobrom et technologue de la chimie photographique. Plus tard, lorsque l'usine Neobrom est intégrée dans l'entreprise nationale, Fotochema, il assume la fonction de technologue de chimie photographique auprès de la direction générale des Usines chimiques à Prague. En 1949, il est également admis au grade de maître de conférences à l'Ecole supérieure des études techniques à Brno. Au début des années cinquante, il quitte la direction générale des Usines chimiques pour enseigner à l'Académie militaire d'Antonin Zapotocky de Brno. Cinq ans plus tard, le photographe scientifique est nommé professeur de photographie technique et de technologie photographique à l'Académie. Il restera au sein de l'institution jusqu'à 1963. Ensuite, il est professeur à l'Ecole supérieure des études chimiques et techniques, et cela jusqu'à 1976, année de son départ à la retraite. Il donne des conférences sur les principes physiques et chimiques des processus photographiques, sur la technologie photographique et la photographie scientifique. Parallèlement, il donne des cours à l'Ecole supérieure des études chimiques et techniques de Pardubice.

Jan Lauschmann, qui est décédé à un âge avancé, est l'auteur d'un grand nombre d'articles, de manuels et de livres : Le manuel sur le traitement des produits de l'entreprise Neobrom, La production de papier sensible, Esthétique de la photographie pour débutants, Les analyses dans l'industrie de la photographie et bien d'autres. Il a également publié des photos et des articles sur la photographie dans le magazine Horizon photographique, en tant que membre de la rédaction.

Partager

à découvrir

Articles correspondants

En savoir plus

Archives de la rubrique

En savoir plus

Diffusion actuelle en français