Infos du jour Infos du jour

07-12-2017 15:02 | Pierre Meignan

Quotas d'accueil des réfugiés : Bruxelles renvoie la Tchéquie devant la justice européenne

La Commission européenne a décidé ce jeudi de renvoyer la Tchéquie, la Hongrie et la Pologne devant la Cour de justice de l'Union européenne pour le non-respect de ces pays du mécanisme de relocalisation des réfugiés arrivés en Grèce et en Italie. Dans son communiqué, Bruxelles rappelle avoir lancé des procédures d'infraction contre ces Etats en juin dernier et indique que les réponses apportées par Prague, Budapest et Varsovie n'ont pas été jugées satisfaisantes.

"La République tchèque n'a procédé à aucune relocalisation depuis août 2016 ni offert aucune nouvelle place depuis plus d'un an", écrit la Commission. Auparavant, dans le cadre du mécanisme de relocalisation décidé en 2015, les Tchèques avaient fait l'effort d'accueillir douze réfugiés.

Pour Frans Timmermans, le vice-président de la Commission, les trois Etats centre-européens concernés ne doivent pas être surpris de la démarche entamée à leur encontre. Ils ont encore la possibilité de changer d'attitude, estime-t-il.

Quotas d'accueil des réfugiés : Babiš veut négocier avec Bruxelles

Suite à l'annonce du renvoi devant la justice européenne de trois pays dont la Tchéquie pour non-respect des quotas de relocalisation des réfugiés, Andrej Babiš (ANO), nommé ce mercredi Premier ministre, a réagi en indiquant qu'il souhaitait négocier avec Bruxelles au sujet de cette plainte. "Cette décision et le moment choisi pour l'annoncer sont très malheureux", a-t-il confié à l'agence de presse ČTK. Selon le milliardaire, les quotas d'accueil des réfugiés sont un non-sens et ne font que favoriser les partis populistes et extrémistes en Europe.

Mercredi, lors de sa nomination par le chef de l'Etat au poste de Premier ministre, le leader du mouvement ANO a indiqué qu'il souhaitait que la Tchéquie soit bien plus active au sein de l'Union européenne. Il veut notamment proposer une solution à la question migratoire en s'attaquant aux réseaux de passeurs.

La République tchèque ne condamne pas la décision de Trump sur Jérusalem

Alors que la communauté internationale condamne unanimement la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël, la République tchèque, fidèle alliée de l'Etat hébreux en toutes circonstances, a choisi une position médiane. Dans un communiqué sur "la question de Jérusalem", le ministère des Affaires étrangères ne cite à aucun moment le président américain et estime que la possibilité du transfert de son ambassade de Tel-Aviv vers Israël doit être étudiée sur la base des résultats des négociations entre les différentes parties en présence dans la région. "A l'heure actuelle et jusqu'à la conclusion d'un accord de paix entre Israël et la Palestine, la République tchèque reconnaît dans la pratique Jérusalem comme la capitale d'Israël dans les frontières de la ligne de démarcation de 1967", peut-on y lire. En accord avec la position de l'UE, Prague indique cependant que Jérusalem devra être la capitale des deux futurs Etats, Israël et la Palestine.

Le chef de l'Etat Miloš Zeman, lui aussi chaud défenseur de l'Etat hébreux malgré sa politique de colonisation et ses violations répétées du droit international, a à plusieurs reprises exprimé sa volonté que la Tchéquie transfère son ambassade à Jérusalem.

Les politiciens tchèques sont quant à eux partagés. A l'extrême-droite, la décision de Trump est saluée, par exemple par Tomio Okamura, le chef du parti SPD. Marek Ženíšek, du parti TOP 09, estime au contraire que cela va seulement compliquer davantage la situation. Le leader communiste Vojtěch Filip considère pour sa part que cela illustre soit la totale incompétence de Trump soit sa volonté délibérée d'entretenir les conflits au Moyen-Orient.

Selon un média russe, les communistes et le SPD souhaiteraient la reconnaissance de l'annexion de la Crimée

Le parti communiste tchèque et les députés du parti d'extrême-droite SPD seraient favorables à la reconnaissance par la Tchéquie de l'annexion russe de la Crimée. C'est ce qu'écrit le journal Izvestia, proche du pouvoir russe selon l'agence de presse ČTK, qui indique que ces deux formations politiques considéraient que cette annexion aurait été opérée dans le respect des règles du droit international. Le quotidien russe fait référence à un communiqué du parti communiste et à des propos du député du SPD Jaroslav Holík. Contacté par la ČTK, ce dernier indique qu'il s'agit d'une possibilité qui doit être discutée par son groupe parlementaire.

En octobre dernier, sur le sujet de la Crimée, le chef de l'Etat tchèque avait déjà suscité une certaine émotion. Devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Miloš Zeman avait affirmé considérer cette annexion comme « un fait accompli » et il avait conseillé à l’Ukraine de négocier avec Moscou pour une compensation financière, en gaz ou en pétrole, en échange de la perte de la péninsule.

Accélération de la croissance de la production industrielle en octobre

La production industrielle en République tchèque a connu une croissance sur un an de 10,5 % au mois d'octobre. Celle-ci était de seulement 4,9 % le mois précédent. L'accélération observée s'explique notamment par les bons résultats de l'industrie automobile et de la production d’électricité. Au mois d'octobre, le secteur du BTP a également connu une hausse de 5,9 %.

Pour ce qui est de la balance commerciale, elle était positive à la fin du mois avec un excédent de 9,7 milliards de couronnes, environ 400 millions d'euros. Cela représente tout de même une baisse de 5 milliards par rapport à la même période l'année dernière. Selon l'Office tchèque des statistiques (ČSÚ), qui publie ce jeudi ces données prévisionnelles, la balance commerciale a souffert des importations de métaux et de biens électroniques.

Le comparateur de vol tchèque Kiwi.com est en vente

Le comparateur de vol Kiwi.com, une société créée à Brno il y a six ans, est en vente pour au moins 10 milliards de couronnes, quelque 400 millions d'euros. C'est le quotidien économique Hospodářské noviny qui confirme ce jeudi une information dont il était question depuis un certain temps déjà. Kiwi.com est l'entreprise qui connaît le développement le plus rapide en Europe centrale et orientale. Selon ses actionnaires, le moment est opportun pour revendre la firme afin qu'elle puisse poursuivre son développement.

L'intérêt de Kiwi.com est de proposer à l'utilisateur de pouvoir sélectionner le périmètre de la zone d'où il souhaite partir et de celle où il souhaite se rendre.

Football - Ligue Europa : la Slavia Prague joue sa qualification face à Astana

La dernière journée de la phase de qualifications de la Ligue Europa se joue ce jeudi soir et, pour les Tchèques, seule la rencontre du Slavia Prague présente un enjeu. Les champions de République tchèque en titre, seconds de leur groupe avec huit points, reçoivent en effet Astana, troisième avec sept points. Les Pragois doivent donc l'emporter ou obtenir un résultat nul pour accéder à la phase finale de la compétition.

Les deux autres clubs tchèques engagés sont déjà fixés sur leur sort. Le Viktoria Plzeň, dont la qualification est assurée, se déplace à l'Hapoël Beer-Sheva, le club le plus faible de sa poule. Le Fastav Zlín, avec deux malheureux points, est d'ores et déjà éliminé et reçoit le Lokomotiv Moscou.

Météo

Il n'y a pas de quoi se réjouir météorologiquement parlant ce vendredi, jour de la fête des Květoslava. Il pleut sur une large partie nord-ouest de la Tchéquie, au désespoir de tous ceux qui n'aiment pas la pluie. Ailleurs, le ciel est plutôt nuageux. Les températures vont de 3 à 7 °C pour les maximales.