Infos | Tous les articles


Le gouvernement tchèque a manifesté son soutien aux frappes de l’armée américaine en Syrie, en coordination avec la France et le Royaume-Uni, dans la nuit de vendredi à samedi. Sur son compte Twitter, le Premier ministre Andrej Babiš a qualifié « d’inévitable » l’opération menée sur des cibles associées aux capacités du dictateur syrien Bachar Al-Assad. Pour la République tchèque, les armes chimiques sont « un instrument de guerre inacceptable » et « la situation en Syrie est devenue insupportable depuis longtemps », a ajouté le chef du gouvernement.

De son côté, le ministère des Affaires étrangères a publié un communiqué dans lequel il appelle à la recherche d’une solution politique : « Avec l’Union européenne et nos autres alliés, nous appelons tous les acteurs du conflit à contribuer à une désescalade et à renouveler les négociations de paix ». Enfin, la ministre de la Défense, Karla Šlechtová, a indiqué que « les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France ont clairement montré que l’usage des armes chimiques ne peut pas être toléré » et que « les conséquences de l’attaque sur les civils ont été minimalisées ».

Inversement, le président de la République, Miloš Zeman, a critiqué cette attaque. « La solution militaire est toujours le dernier recours », a fait savoir son porte-parole. De même, le leader du parti communiste, Vojtěch Filip, a déclaré que « les attaques militaires contribuaient à une escalade de la tension » et que cette attaque concrète pouvait avoir « des conséquences catastrophiques ».

Miloš Forman est décédé vendredi des suites d’une courte maladie, a annoncé son épouse. Né à Čáslav (Bohême centrale) en 1932, le célèbre réalisateur d’origine tchèque, qui avait émigré légalement aux Etats-Unis suite à la répression qui a suivi l’écrasement du Printemps de Prague en 1968, était âgé de 86 ans.

Avant de quitter la Tchécoslovaquie occupée par les troupes du pacte de Varsovie, Miloš Forman avait appartenu à la nouvelle vague des années 1960 avec notamment ses films L’As de pique, Les Amours d’une blonde et Au feu, les pompiers !, devenus de grands classiques du cinéma tchèque.

Aux Etats-Unis, Vol au-dessus d'un nid de coucou (1975), drame sur le milieu psychiatrique, et Amadeus (1984), adaptation sur la vie de Mozart tournée partiellement à Prague, lui ont valu deux Oscars du meilleur réalisateur. Mais d’autres longs-métrages encore, parmi lesquels le film musical Hair, Ragtime, Larry Flint, Ours d’or à Berlin, ou encore Man on the Moon, Ours d’argent de la meilleure réalisation, lui ont valu une consécration internationale. Son dernier film, Les Fantômes de Goya, réalisé en collaboration avec Jean-Claude Carrière, était sorti en 2005.

Orphelin après la déportation de ses parents à Auschwitz durant la guerre, Miloš Forman, ami de Václav Havel, avait étudié à la FAMU, l’école supérieure du cinéma à Prague. Après quelques courts-métrages, son premier long-métrage L’AS de pique (1963), qui relate sur le ton de l’humour les déceptions amoureuses d’un adolescent timide dans une petite ville de Tchécoslovaquie, l’avait fait connaître à l’étranger. Supporter du Slavia Prague, il a continué de suivre attentivement l’actualité et l’évolution de son pays d’origine jusqu’à ses derniers jours.