Archives: Politique intérieure | Politique


Dix-huit organisations non gouvernementales qui se consacrent à l’aide aux migrants ont appelé le gouvernement tchèque à revoir son approche et sa politique vis-à-vis des réfugiés et plus généralement des étrangers. Un « manifeste migratoire » a été publié à cette fin ce vendredi. D’une trentaine de pages, ce document dresse une liste des différents principes que les autorités tchèques devraient respecter selon elles. Ces propositions concernent la liberté de mouvement, la solidarité et le droit d’asile, l’intégration, les droits sociaux, l’éducation, l’emploi ou encore la participation à la vie politique. « Dans notre attitude à l’égard des migrants, nous appartenons clairement à l’Est, affirme le président de l’Organisation d’aide aux réfugiés, Martin Rozumek. Nous allons dans le sens de la Hongrie, sinon de la Russie. La perception de la République tchèque en Europe de l’Ouest commence à devenir un problème. Lorsque nous voyageons là-bas, nous devons défendre l’indéfendable. A l’Ouest, la société est beaucoup plus complaisante vis-à-vis des réfugiés et disposée à les aider. » Les ONG reprochent au gouvernement de ne considérer les réfugiés que comme un danger potentiel pour la sécurité du pays et de ne pas mettre suffisamment de moyens en œuvre pour faciliter leur intégration, et ce alors que la République tchèque possède des taux de chômage et de pauvreté parmi les plus faibles en Europe.